GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Référendum d'indépendance du Kurdistan irakien: le camp du «non pour l'instant»

    media Des Kurdes en meeting pour défendre le «oui» au référendum sur l'indépendance. REUTERS/Azad Lashkari

    Dans une semaine, les Kurdes irakiens seront appelés aux urnes pour un référendum d'indépendance. Le gouvernement du Kurdistan annonce vouloir quitter l'Irak. La campagne électorale bat son plein dans la région autonome. Chaque jour, des centaines et des milliers de Kurdes en faveur du « oui » descendent dans les rues. Mais tous ne veulent pas de l'indépendance, en tout cas pas pour l'instant. C'est le cas d'un parlementaire kurde rencontré par RFI, l'un des rares en faveur du « non ».

    Avec notre correspondant à Erbil,  Wilson Fache

    A l'approche du référendum d'indépendance, la ferveur s'empare des rues d'Erbil, capitale du Kurdistan irakien.

    Peut-être moins vocal mais tout aussi déterminé est le camp du « non pour le moment ». Pour Rabun Marouf, député d'opposition, l'appareil gouvernemental kurde n'est pas encore prêt pour l'indépendance. « Nous n'avons pas de démocratie, nous n'avons pas d'institutions viables, nous n'avons pas de système judiciaire indépendant, et ainsi de suite. C'est pour ça que, dans cette situation, un Etat indépendant pourrait créer un enfer pour les Kurdes et les autres. Ce n'est pas le bon moment pour tenir un référendum et déclarer un Etat indépendant. »

    Le parlementaire met particulièrement en cause le président kurde Massoud Barzani, à la tête d'un clan qui contrôle une partie du gouvernement, de l'armée, des médias et des télécoms. « Le mandat de M. Barzani a expiré il y a presque quatre ans, et il n'est pas prêt de quitter la présidence. Il pourrait abuser du résultat de ce référendum pour légitimer sa position. »

    Le camp du « non » craint également un conflit avec Bagdad. Une bataille politique mais peut-être aussi armée. L’enjeu, notamment, c'est la ville disputée de Kirkouk, riche en pétrole, et pour l'instant sous contrôle kurde. En même temps que le référendum le 25 septembre pourrait avoir lieu la bataille d'Hawijah contre le groupe Etat islamique. Ce qui placerait des milliers de soldats irakiens à quelques dizaines de kilomètres seulement de Kirkouk.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.