GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: le groupe EI perd du terrain à Raqqa

    media Les Forces démocratiques syriennes Raqqa (FDS), alliance kurdo-arabe soutenue par les forces spéciales américaines ont annoncé avoir pris quelque 80% de la ville de Raqqa. Sur la photo, des combattants des FDS dans une rue de Raqqa, le 16 septembre 2017. REUTERS/ Rodi Said

    Les forces anti-jihadistes soutenues par Washington en Syrie « contrôlent désormais 90% » de Raqqa, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Pour les forces anti-jihadistes, la bataille pour s'emparer de la « capitale » du groupe Etat islamique (EI) dans ce pays en guerre « touche à sa fin ».

    Les jihadistes de l'Etat Islamique sont assiégés depuis près de trois mois dans leur capitale auto-proclamée au nord de la Syrie. A cause des raids intensifs de la coalition, les partisans de l'EI ont perdu, en 48 heures, au moins cinq quartiers.

    Les Forces démocratiques syriennes, une coaliton arabo-kurde de combattants au sol, contrôlent donc désormais 90% de Raqqa, selon l'estimation de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    Les  jihadistes auraient  perdu tous les quartiers du nord de la ville. Ils seraient confinés dans le nord de Raqqa et dans le centre-ville.

    Toutefois les déloger de ces quartiers s'annoncent encore très difficile. Comme toujours, les ruelles et les maisons sont piégées. Ils tiennent encore le grand quartier d'al-Amine, où ils occupent d'anciens immeubles gouvernementaux, comme l'ex-siège du gouverneur et des services de renseignements syriens, dotés d'abris et de tunnels. 

    Les jihadistes ont amménagé également des souterrains. En d'autres termes, la fin de l'opération « Colère de l'Euphrate », sera de toute facon meurtrière, même si ce n'est à présent plus qu'une question de temps.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.