GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Iran suspend toutes les liaisons aériennes avec le Kurdistan irakien

    media Le président iranien Hassan Rohani, le 22 septembre 2017, à Téhéran. President.ir/Handout via REUTERS

    L'Iran a annoncé dimanche 24 septembre avoir interdit jusqu'à nouvel ordre tous les vols aériens avec le Kurdistan irakien à la demande du gouvernement de Bagdad, à la veille d'un référendum d'autodétermination dans cette région auquel Téhéran s'oppose.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Cette décision a été prise par le Conseil suprême de la sécurité nationale qui réunit les responsables politiques et militaires du pays.

    Tous les vols iraniens vers Erbil et Souleymanieh, ainsi que tous les vols au départ du Kurdistan irakien transitant par l'Iran, ont été interrompus. C'est le gouvernement irakien, dominé par les chiites proches de l'Iran qui a fait cette demande pour faire pression sur les Kurdes irakiens.

    L'Iran, qui compte environ six millions de Kurdes - sur une population de 80 millions - s'oppose au référendum au Kurdistan irakien, en affirmant qu'il va provoquer de nouveaux conflits dans la région.

    Le 17 septembre dernier, Téhéran avait d'ailleurs menacé de fermer sa frontière avec le Kurdistan irakien et de mettre fin à tous ses accords de sécurité. L'Iran a également multiplié les contacts, notamment au niveau militaire, avec la Turquie pour coordonner leurs actions contre le référendum au Kurdistan irakien. D'ailleurs, le président turc doit se rendre le 4 octobre à Téhéran pour parler de la situation au Kurdistan irakien.

    Pour bien montrer sa détermination, Téhéran a également organisé des manœuvres militaires à la frontière du Kurdistan irakien en même temps que la Turquie qui compte également une forte minorité kurde.

    ► A (ré) écouter : Kurdistan irakien: les risques du référendum (Géopolitique, le débat)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.