GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Kurdistan irakien: derniers vols au départ d'Erbil avant la fin de l'ultimatum

    media Le drapeau kurde déployé dans l'aéroport international d'Erbil, jeudi 28 septembre 2017. REUTERS/Marius Bosch

    L’ultimatum expire à 18 h heure locale ce vendredi 29 septembre 2017 au Kurdistan irakien. Aucun départ ni arrivée de vols internationaux prévus à Erbil et Souleymanieh au-delà de cette heure. Le régime de Bagdad veut punir les autorités kurdes d’avoir organisé leur référendum sur l’indépendance. Quelle était l’ambiance en début d’après-midi, quelques heures avant la suspension des vols à Erbil ?

    Avec nos envoyés spéciaux à Erbil,  Murielle Paradon et Richard Riffoneau

    Pas de mouvement de panique, l’aéroport était calme en ce début d’après-midi. Beaucoup de voyageurs toutefois ont avancé leur départ à ce vendredi, par crainte de rester bloqués à Erbil, après la suspension des vols.

    « J’ai un entretien à Ankara pour faire des papiers d’immigration en Allemagne. Je dois absolument partir. Je veux quitter le pays car je suis yézidi, pas musulman, et pour ma communauté, la situation est difficile en Irak », confie un homme.

    Ahmed envoie quant à lui sa mère en France, pour une visite de famille. Elle devait partir le 1er octobre, mais lui aussi a dû changer son billet, non sans mal.

    « Oui, c’était compliqué et nous avons dû payer pour changer le ticket. Vous savez, la France est loin. Nous avons dépensé beaucoup et tout cela à cause de la situation qui est mauvaise, à cause des politiques », dénonce-t-il.

    Ce sont surtout les Kurdes qui voyagent. Les expatriés ne sont pas très nombreux. La ruée annoncée sur les vols n’a pas été de mise. A noter enfin que les vols humanitaires et militaires ne seront pas concernés par l'interdiction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.