GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les signes de bonne volonté du Hamas dans le rapprochement avec le Fatah

    media Le chef du Hamas à Gaza, Yehya Al-Sinwar (g) en compagnie du chef du Hamas, Ismail Haniyeh, au point de passage de Rafah, le 19 septembre 2017. REUTERS/Ibraheem Abu

    Le gouvernement palestinien est attendu à Gaza, ce lundi. Ce sera la première fois en plus de deux ans que l'exécutif de l'Autorité palestinienne revient dans ce territoire contrôlé par le Hamas. Depuis la division entre le mouvement islamiste et le Fatah au pouvoir à Gaza, l'Autorité palestinienne ne contrôle plus la bande de Gaza. Officiellement, ce retour marque une reprise en main de la gestion de ce territoire par le gouvernement officiel palestinien. Et le Hamas affiche sa bonne volonté.

    Avec nos envoyés spéciaux à GazaHassan Jaber et Guilhem Delteil

    C'est au Caire que les véritables négociations entre le Hamas et le Fatah se mènent. Et le mouvement islamiste reconnaît que la venue du gouvernement palestinien ne permettra pas de grande avancée sur le chemin de la réconciliation.

    Mais aux yeux de Ghazi Hamad, l'un des principaux dirigeants du Hamas, cette venue reste un événement important : « Peut-être que ce n'est qu'une opération protocolaire, mais je pense que cela enverra un message fort. Il n'y a qu'un gouvernement gouvernant Gaza, contrôlant Gaza et travaillant à Gaza. C'est le gouvernement de "consensus", il n'y a pas d'autorité parallèle ».

    Pour le Hamas, il s'agit de montrer qu'il accepte de transférer le pouvoir à l'Autorité palestinienne. Et il a donné des consignes claires à ses fonctionnaires pour que cette venue se passe sans accroc.

    Moatassem Al Menawi est le directeur général adjoint des relations publiques au ministère de l'Education : « Nous avons reçu l'ordre d'être à l'écoute du ministre de l'Education et de dire "oui" à ses ordres. De lui donner tous les documents et les informations dont il a besoin ou qu'il demande. Il peut choisir ce qu'il veut et on lui dira "amen". »

    Le bureau du ministre a été préparé. Son nom a même été inscrit sur une plaque. Le message du Hamas est clair, il n'entend pas porter la responsabilité d'un éventuel nouvel échec de la réconciliation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.