GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Journée mondiale du refus de la misère: programmation spéciale sur les antennes de RFI à partir de 5h10 TU (7h10, heure de Paris)
    • En raison d’un mouvement de grève, la mise à jour des sites et des antennes de RFI peut être perturbée. Merci de votre compréhension.
    Moyen-Orient

    Rami Hamdallah à Gaza: le long chemin de la réconciliation palestinienne

    media Un Palestinien célèbre devant un grand drapeau palestinien l'arrivée du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah et de son gouvernement dans la bande de Gaza, le 2 octobre 2017.2017 MOHAMMED ABED / AFP

    Deux semaines après l’annonce surprise d’un accord en vue d’une réconciliation entre les deux principaux partis palestiniens, le gouvernement de l’Autorité palestinienne fait son retour ce lundi 2 octobre dans la bande de Gaza. Le Premier ministre Rami Hamdallah et son équipe doivent reprendre le contrôle des ministères dans l’enclave palestinienne et tenir demain un Conseil des ministres. Une étape importante sur le chemin de la réconciliation mais beaucoup de questions sensibles restent à négocier entre le Hamas, aujourd’hui au pouvoir à Gaza, et le Fatah, qui contrôle la Cisjordanie.

    De notre envoyé spécial à Gaza,

    La dernière venue du gouvernement palestinien à Gaza date du 20 avril 2015. Depuis, l’Autorité palestinienne n’a eu de cesse de dénoncer l’impossibilité qui lui est faite par le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle l’enclave palestinienne, de travailler sur place. Ce jour-là, les ministres de l’Autorité palestinienne n’avaient pas eu le droit de quitter leur hôtel : ils étaient bloqués à l’intérieur par les hommes du Hamas.

    Le gouvernement est pourtant un exécutif « de consensus » : une équipe de technocrates officiellement acceptée par les deux partis après un précédent accord de réconciliation, l’accord du Camp de réfugiés de la plage, en avril 2014. Mais le Hamas n’a jamais cédé le contrôle de la bande de Gaza, allant jusqu’à empêcher les ministres de se rendre dans leurs bureaux.

    Le retour du gouvernement ce lundi marque donc une étape importante dans le rapprochement entre les deux partis. Et l’exécutif vient, accompagné d’une importante délégation de hauts fonctionnaires en charge de différents secteurs : l’électricité, l’eau, l’environnement, les médias publics. Le gouvernement « de consensus » doit reprendre la gestion des affaires dans la bande de Gaza. Le chef du Hamas, Ismaïl Hanyeh, l’appelle à « assumer toutes ses responsabilités ». Et le mouvement islamiste s’engage cette fois-ci à le laisser travailler : « le Hamas a donné des instructions claires aux hauts fonctionnaires dans tous les ministères pour faciliter le transfert des responsabilités », assure Hazem Qassem, l’un des porte-paroles du mouvement. Et il souligne que les discussions avec l’Autorité palestinienne ont déjà commencé : « des délégations sont venues de Ramallah en fin de semaine. Nous avons commencé à discuter avec elles afin que ce transfert se fasse facilement ».

    Pressions égyptiennes

    De précédents accords de réconciliation ont déjà été annoncés entre les deux partis et sont restés lettre morte. Mais Hamas et Fatah assurent, cette fois-ci, de leur bonne volonté. Une volonté contrainte car les deux camps se trouvent sous pression. La bande de Gaza fait désormais face à une crise humanitaire. En raison des frictions entre Fatah et Hamas, les Gazaouis vivent depuis le mois d’avril avec trois à cinq heures d’électricité et d’eau par jour. Le taux de chômage avoisine les 50% : l’activité économique est ralentie. Le Hamas est contraint de s’ouvrir à de nouveaux partenaires. Et c’est vers l’Egypte, qui contrôle la frontière sud de la bande de Gaza, qu’il s’est tourné. Mais Le Caire est aussi un partenaire indispensable pour un président palestinien vieillissant et affaibli. Le régime d’Abdel Fatah al Sissi a aussi fait pression sur Mahmoud Abbas, menaçant de l’isoler sur la scène internationale, pour l’obliger à des concessions.

    Mais beaucoup de méfiance règne encore de part et d’autre. « Nous attendons de voir quelle sera la mise en œuvre de ce nouvel accord, la concrétisation de la promesse du Hamas qu’ils cessent de gouverner Gaza », prévient Faysal Abu Shahla, un élu gazaoui du Fatah au Parlement palestinien. « Je suis un homme politique : je ne me fie pas tellement aux déclarations, je juge sur les faits ». Et de son côté, le Hamas attend également des gestes concrets de la part de l’Autorité palestinienne. Et notamment la levée des sanctions touchant la bande de Gaza imposées ces derniers mois : l’arrêt du financement des livraisons d’électricité et l’arrêt des livraisons de médicaments.

    « Des mines sur la route »

    La méfiance demeure alors que les points les plus sensibles n’ont pas encore été abordés. Et ces sujets de contentieux sont nombreux. « Il y a un certain nombre de mines sur la route vers la réconciliation », reconnaît Mkhaimar Abou Saada, professeur associé de sciences politiques à l’université al-Azhar à Gaza. En haut de cette liste, Mkhaimar Abou Saada place « le sort des fonctionnaires du Hamas à Gaza ainsi que la question de la sécurité : qui sera en charge ? Le Hamas ou l’Autorité palestinienne ? ». Et il poursuit : « il faut aussi se mettre d’accord sur une date pour les élections présidentielle et législatives et l’intégration du Hamas au sein de l’OLP ». Le mouvement islamiste revendique une place au sein de l’Organisation de Libération de la Palestine. Mais Hamas et Fatah ne se sont jamais accordés sur le nombre de sièges qui lui seraient attribués. Et le parti du président Mahmoud Abbas craint de perdre le contrôle sur cette structure représentant l’ensemble des Palestiniens, qu’ils habitent dans ou hors des territoires palestiniens. Un rôle stratégique : c’est l’OLP qui mène les négociations avec les Israéliens.

    Conscient de la sensibilité et du nombre de sujets de désaccord, Mkhaimar Abou Saada estime toutefois que « les chances de réconciliation n’ont jamais été aussi bonnes ». Après dix ans de dispute, le contexte palestinien a changé. Mais le contexte international a également évolué : selon Nikolay Mladenov,  l’émissaire des Nations Unies pour le Proche-Orient, Etats-Unis et Israël ne sont plus opposés à une réconciliation entre un Fatah, qui est leur interlocuteur dans les négociations, et un Hamas, mouvement qu’ils considèrent comme terroriste.

    A (Re)lire aussi : [Reportage] Fatah-Hamas: un rapprochement sur fond de crise humanitaire

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.