GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les forces irakiennes veulent déloger les derniers jihadistes d’Hawija

    media Des familles irakiennes fuient les villes de Hawija et Hamrin, dans le nord de l'Irak, en août 2015. Beaucoup d'autres sont restées prisonnières du gorupe EI. AFP PHOTO / MARWAN IBRAHIM

    Les forces irakiennes ont lancé ce mercredi une opération pour libérer le centre de la ville d'Hawija des mains de l'organisation Etat islamique. Cela pourrait être la phase finale d'une offensive lancée il y a une semaine pour libérer ce qui est l'une des dernières poches de résistance des jihadistes.

    Avec notre correspondant à Erbil, Oriane Verdier

    Libérer le cœur d'Hawija sera plus difficile que de reprendre les villages aux alentours. Voilà trois ans que femmes hommes et enfants sont prisonniers de l'organisation Etat islamique. Si l'opération sur Hawija est l'une des dernières de cette grande lutte contre le terrorisme, elle était géopolitiquement difficile à préparer.

    En effet jusqu'à il y a quelques semaines, cette poche de résistance de l'organisation Etat islamique était entourée au Nord par les peshmergas kurdes et au sud par les milices chiites Ashd al Shaabi, reconnues par le gouvernement irakien. Ces deux factions se sont plusieurs fois affrontées ces dernières années et refusaient de collaborer pour la reprise d'Hawija.

    L'armée et les milices chiites à l'offensive

    Aujourd'hui ce sont les milices chiites, l'armée et la police irakiennes qui mènent l'offensive. Mais les peshmergas, eux, comptent bien tenir leurs positions au nord d'Hawija afin de garder le contrôle de la grande ville pétrolière voisine de Kirkouk.

    Avec le mouvement indépendantiste kurde officialisé par la tenue du référendum il y a une semaine, beaucoup s'inquiète du déclenchement d'un nouveau conflit entre forces chiites et forces kurdes, une fois l'ennemi commun éliminé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.