GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Lourdes pertes du Hezbollah en Syrie

    media Le drapeau du Hezbollah et les drapeaux syriens flottent sur un véhicule militaire dans la région dite du Qalamoun occidental, en Syrie, le 28 août 2017 (photo d'illustration). REUTERS/Omar Sanadiki

    Le Hezbollah libanais a annoncé mardi 3 octobre que l’un de ses plus hauts chefs militaires, Ali Hadi al-Achek, est mort lors de combats contre le groupe Etat islamique, dans la région désertique de l’est de la Syrie.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Ali Hadi al-Achek est un commandant des forces spéciales du Hezbollah, les troupes d’élite du parti chiite libanais. Il est mort lundi dans l’est de la Syrie, où le groupe Etat islamique a lancé de violentes contre-offensives contre l’armée syrienne et ses alliés.

    Les jihadistes ont mené des attaques surprises, reprenant aux troupes gouvernementales plusieurs positions sur la route menant de Palmyre à Deir Ezzor, à l’est. Les combattants de l’EI ont également repris la localité de Qaryatein, au nord de Damas, à mi-chemin entre Palmyre et la frontière libanaise.

    Le Hezbollah aurait perdu dans ces combats une trentaine de militants en moins d’une semaine ; 160 soldats syriens et miliciens pro-gouvernementaux ont aussi perdu la vie dans ces affrontements, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui fait état de plus de 150 morts dans les rangs de l’EI.

    Les attaques du groupe Etat islamique montrent que les jihadistes ont opté pour la stratégie de la guerre d’usure. Chassés des villes et des villages du centre de la Syrie, ils se sont regroupés dans le désert central, d’où ils harcèlent l’armée syrienne et ses alliés, ciblant leurs lignes de ravitaillement, sur plus d’une centaine de kilomètres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.