GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La branche armée du Hamas renforce son emprise sur le mouvement

    media Saleh al-Arouri était auparavant le chef des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas. Des membres des brigades Ezzedine al-Qassam défilent à Gaza, le 15 septembre 2017. SAID KHATIB / AFP

    Ce jeudi 5 octobre, le Hamas a fait savoir qu'il a désormais un nouveau numéro 2. Il s'agit de Saleh al-Arouri, un homme issu de la branche armée du mouvement islamiste palestinien.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Cela fait maintenant plusieurs mois que le mouvement islamiste palestinien Hamas s'est engagé dans un processus de renouvellement de sa direction. Il s'est doté d'un nouveau chef dans la bande de Gaza, Yahya Sinwar, et d'un nouveau chef de son bureau politique en la personne de l'ancien Premier ministre Ismaïl Haniyeh.

    Ce jeudi, le mouvement a nommé Saleh al-Arouri comme numéro 2. Même aux yeux de certains alliés du Hamas, son profil peut se révéler trop sulfureux. En juin dernier, sous la pression de ses voisins, le Qatar a demandé à ce cadre de la branche militaire du Hamas de quitter son territoire. Avant cela, Saleh al-Arouri a fait plusieurs séjours dans les prisons israéliennes. Il en est ressorti en 2010 lorsque le mouvement islamiste a obtenu la libération de prisonniers en échange de celle du soldat israélien Gilad Shalit.

    Mais aux yeux d'Israël, celui qui fut le chef des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, en Cisjordanie n'a pas renoncé à ses activités terroristes. Les autorités le soupçonnent d'être le cerveau de l'enlèvement et du meurtre de trois adolescents israéliens dans une colonie en 2014.

    Saleh al-Arouri a un profil similaire à celui de Yahya Sinwar dont il est réputé proche. Tous deux sont des cadres des brigades Ezzedine al-Qassam et leur élection marque l'emprise de la branche armée sur le mouvement islamiste. Une évolution à première vue contradictoire avec l'objectif affiché du Hamas de se donner un visage plus présentable. Mais le passé des deux hommes leur donne aussi une plus grande légitimité pour faire évoluer le mouvement : Yahya Sinwar est, du côté du Hamas, le principal artisan du rapprochement en cours avec le Fatah du président Mahmoud Abbas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.