GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    L'Arabie saoudite et sa coalition au Yémen sur une liste noire de l'ONU

    media Un enfant yéménite sur les ruines d'une maison, dans la capitale yéménite sous contrôle rebelle, Sanaa, le 11 août 2016. MOHAMMED HUWAIS / AFP

    L’ONU a publié vendredi 6 octobre son rapport sur les enfants dans les conflits armés. Et pour la première fois, le nom de l’Arabie saoudite, qui dirige la coalition militaire au Yémen, figure dans une annexe qui liste les pays responsables du meurtre d’enfants. Les Nations unies accusent le royaume d’être à l’origine de la mort de 683 enfants dans les bombardements d’école ou d’hôpitaux. Riyad conteste ces accusations.

    Avec notre correspondante à New YorkMarie Bourreau

    C’est l’un des rapports les plus politiquement sensibles publiés chaque année par l’ONU… Et cette année, le nom de l’Arabie saoudite, grand bailleur financier de l’organisation, figure bien sur la liste noire des pays responsables de la mort d’enfants, en l’occurrence pour son offensive militaire au Yémen depuis 2015.

    L’ambassadeur saoudien conteste ces informations et des chiffres qu’il dit erronés. « Le royaume d’Arabie saoudite et la coalition réaffirmons que nous prenons des mesures très importantes pour protéger les civils lors des opérations milliaires pour mettre un terme à la souffrance des Yéménites et réduire le coût humanitaire ».

    Et l’ambassadeur Abdallah Al-Mouallimi accuse le camp adverse d’être les vrais responsables. « Les Houthis et les forces loyales au président Saleh utilisent leurs actions illégales et immorales pour mettre les civils en danger, notamment en utilisant les enfants comme bouclier humain… »

    L’année dernière, l’Arabie saoudite avait brièvement figuré sur la liste avant d’être retirée sous la pression financière de Riyad. Cette année un compromis a été trouvé en listant le royaume dans la catégorie des pays prenant des mesures pour éviter les attaques contre les enfants. Amnesty International a dénoncé l’hypocrisie de cette demi-condamnation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.