GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: la tension monte entre Bagdad et les Kurdes d'Erbil

    media Le drapeau kurde flotte sur une place d'Erbil, le 4 octobre 2017. REUTERS/Azad Lashkari

    Un tribunal de Bagdad a ordonné mercredi l'arrestation des organisateurs du référendum d'indépendance au Kurdistan, à la demande du gouvernement irakien qui multiplie les mesures de rétorsion contre cette région autonome dont il veut aussi tarir les revenus pétroliers. Les députés irakiens craignent désormais une aggravation de la situation. Les Kurdes accusent Bagdad de préparer une offensive sur Kirkouk, ville pétrolière.

    Deux semaines après le oui au référendum pour l’indépendance du Kurdistan, les autorités irakiennes continuent d’infliger des sanctions à Erbil. « Ces décisions prises par Bagdad à l’encontre de la province autonome du Kurdistan, vont avoir pour seul résultat : l’aggravation de la crise, regrette le député Tallal al-Zawbaï. Il faut dialoguer, s’assoir à la même table de discussion et tenter de trouver une solution. Le gouvernement central et le gouvernement autonome doivent se parler et mettre leurs différends de côté. »

    Mais Bagdad a durci le ton. Un tribunal à Bagdad a ordonné ce mercredi l'arrestation du président et des deux membres de la Commission ayant organisé ce référendum d'indépendance. « Concernant cette décision de justice qui vise à arrêter les responsables du référendum, je pense que c’est une décision précipitée et disproportionnée. On ne résout rien par la force. Encore une fois les deux parties doivent discuter et éviter d’accentuer les tensions parce que ces tensions ne sont pas dans l’intérêt du peuple irakien », insiste le parlementaire.

    Kirkouk concentre les convoitises

    Dans le même temps, le gouvernement régional du Kurdistan (GRK) a accusé mercredi les forces gouvernementales et les milices chiites irakiennes entraînées par l'Iran de préparer une « offensive majeure » dans la région de Kirkouk.

    « Nous recevons de dangereux messages selon lesquels les forces irakiennes, dont les unités de mobilisation populaire (milices) et la police fédérale, préparent une offensive majeure », a déclaré le conseil de sécurité du GRK dans un tweet
    dont la teneur a été confirmée par un responsable kurde.

    Ces attaques seraient en préparation dans les régions de Kirkouk et Mossoul, est-il précisé. Ces régions n'appartiennent pas au Kurdistan irakien mais sont en partie contrôlées par les forces kurdes.

    Un porte-parole de l'armée irakienne a démenti ces informations. « Nous nous préparons pour une bataille à Al-Qaïm. Nous ne nous intéressons pas à d'autres affrontements que ceux contre Daech », a-t-il assuré.

    (Avec agences)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.