GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    A Kirkouk, les Kurdes campent sur leurs positions

    media Des blindés irakiens prennent position au sud-ouest de Kirkouk, le 15 octobre 2017. AHMAD AL-RUBAYE / AFP

    La tension reste très vive autour de Kirkouk, contrôlée depuis trois ans par les peshmergas, les forces du Kurdistan irakien, dont Bagdad exige le retrait et veut redéployer l'armée nationale dans cette région riche en pétrole.

    Une tentative de dialogue a été menée ce dimanche lorsque le président irakien Fouad Massoum, lui-même Kurde, s'est rendu dans la région du Kurdistan autonome, afin d'y rencontrer les dirigeants locaux. Mais la position de ces derniers n'a pas changé : pas question de retirer les peshmergas de Kirkouk. Pas question non plus d'annuler le référendum du 25 septembre.

    Pendant ce temps, les mouvements de troupes se poursuivent. Outre des soldats et des blindés irakiens, des paramilitaires chiites sont massés non loin de Kirkouk, tout près des lignes kurdes.

    Pour tenter de dénouer la crise, l'Iran a dépêché sur place le général Qassem Soleimani, chef de l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution et figure emblématique de l'implication de Téhéran dans les conflits de la région.

    L'enjeu de ce bras de fer dépasse en effet les frontières de l'Irak. Dans un communiqué ce dimanche, Bagdad a dénoncé ainsi la présence à Kirkouk de combattants « n'appartenant pas aux forces de sécurité régulières », citant notamment des hommes du Parti des travailleurs du Kurdistan, en la considérant comme une « escalade dangereuse » et une « déclaration de guerre ». Une accusation démentie par des responsables kurdes irakiens qui réfutent la présence de membres du PKK, tout en admettant celle de « sympathisants » de l'organisation turque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.