GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Crise dans le Golfe: Rex Tillerson attendu en Arabie saoudite et au Qatar

    media Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson connaît bien la région du Golfe pour avoir longtemps dirigé le géant pétrolier ExxonMobil. REUTERS/Yuri Gripas

    Le chef de la diplomatie américaine va tenter une nouvelle fois d'apaiser les tensions apparues en juin dernier entre plusieurs pays arabes alliés des Etats-Unis. Rex Tillerson est attendu en Arabie saoudite puis au Qatar. Les relations entre les deux voisins traversent une crise sans précédent, depuis que l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu avec le Qatar, l'accusant notamment de soutenir des mouvements extrémistes dans la région.

    « Je ne m'attends pas vraiment à une résolution rapide », a confié Rex Tillerson peu optimiste avant son départ. En juillet dernier déjà, le secrétaire d'Etat américain s'était rendu dans la région sans parvenir à désamorcer cette crise embarrassante pour Washington puisqu'elle oppose plusieurs des alliés arabes des Etats-Unis.

    Le chef de la diplomatie américaine a changé de ton dernièrement en pointant clairement la responsabilité de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Bahreïn et de l'Egypte. « Il leur revient de dire quand ils veulent s'engager dans le dialogue avec le Qatar »,  prévient Rex Tillerson qui prend soin d'ajouter que le Qatar de son côté est « prêt à discuter ».

    Au-delà de l'agacement, Rex Tillerson est-il en mesure de faire évoluer la position saoudienne ? En juin dernier, c'est dans la foulée de la visite de Donald Trump que Riyad et ses alliés ont isolé le Qatar lui reprochant son attitude conciliante vis-à-vis de l'Iran reprochant aussi au petit émirat d'entretenir des liens avec des organisations qualifiées de « terroristes », à commencer par les Frères musulmans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.