GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: que vont devenir les jihadistes étrangers capturés à Raqqa?

    media Des membres des Forces démocratiques syriennes s'emparent d'un drapeau jihadiste de l'EI, à Raqqa, le 4 octobre 2017. REUTERS/Erik De Castro

    Trois jours après la libération de Raqqa du groupe Etat islamique, le plus grand flou règne sur le nombre et le sort des jihadistes étrangers qui défendaient la ville. Jeudi 19 octobre, Talal Sello, un porte-parole des Forces démocratiques syriennes, soutenues par les pays occidentaux, a déclaré que des cadres étrangers du mouvement terroriste ont été capturés et seront jugés. Mais il ignore s'ils seront ensuite remis aux autorités de leurs pays.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Plus de 120 jihadistes d’une dizaine de nationalités auraient été capturés par l’alliance arabo-kurde qui a pris Raqqa avec le soutien de l’aviation de la coalition internationale et de forces spéciales américaines, françaises et britanniques.

    Des sources syriennes proches du régime et de l’opposition assurent que certains jihadistes ont été déjà livrés aux services de renseignements de leurs pays respectifs, qui opèrent dans la région contrôlée par les Kurdes. C’est le cas de plusieurs combattants français du groupe Etat islamique, croit savoir le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Rami Abdel Rahman a déclaré que parmi eux figurent des jihadistes qui auraient participé à la planification des attentats de Paris et de Bruxelles.

    Après la chute de Raqqa, quel avenir pour le groupe Etat islamique en Syrie?

    Le quotidien libanais An-Nahar rapporte qu’un ministre saoudien s’est rendu à Raqqa en début de semaine pour les mêmes raisons. Thamer al-Sabhane a accompagné le représentant américain auprès de la coalition internationale, Brett MacGurk, en tournée à Raqqa, pour discuter de la reconstruction de l’ex-capitale autoproclamée de l’EI. Al-Sabhane aurait regagné son pays avec plusieurs Saoudiens membres du groupe jihadiste, écrit le journal.

    La chaine de télévision panarabe Al-Alam, qui appartient à l’Iran, a de son côté indiqué qu’un haut responsable tchétchène est arrivé mercredi 18 octobre à l’aéroport de Qamichli, dans la région kurde au nord-est de la Syrie. Al-Alam affirme que ce dirigeant tchétchène a évoqué avec les Kurdes le sort des ressortissants de son pays qui combattaient avec le groupe EI. Plusieurs centaines de jihadistes tchétchènes ont rejoint avec femmes et enfants le califat auto-proclamé.

    Abou Omar al-Chichani, l’un des plus hauts commandants militaires du groupe Etat islamique, était originaire de cette République du Caucase.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.