GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: un ex-chef d'état-major kurde sous mandat d'arrêt

    media Le général Babaker Zebari (3e g), à l'époque chef d'état-major de l'armée irakienne, accueille la ministre de la Défense allemande Ursula von der Leyen, à Bagdad, le 11 janvier 2015. MAURIZIO GAMBARINI / POOL / AFP

    L'Irak continue à prendre des mesures contre les dirigeants du Kurdistan irakien. Leur tort est avoir bravé le pouvoir central de Bagdad et organisé le 25 septembre dernier un référendum sur leur indépendance. Plusieurs mandats d'arrêt ont été récemment émis à l'encontre de dirigeants kurdes. Cette fois c'est un général kurde qui risque la prison.

    Le général Zebari n'est pas n'importe qui. C'est un officier supérieur kurde. Militaire de carrière, il faisait partie de  l'armée irakienne en 1970. Il l'a quittera en 1973 pour rejoindre les peshmergas du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Djalal Talabani. En 2003, il devient chef d'état-major de l'armée irakienne, un poste qu'il occupera  jusqu'en 2015.

    Babaker Zebari était connu pour son franc-parler. En 2010, il ose dire tout haut que l'armée qu'il dirige ne sera pas en mesure d'effectuer complètement ses missions avant 2020 et il regrettait le départ des troupes américaines d'Irak. Les faits lui donneront raison en 2015 lorsque l'armée irakienne se révèle impuissante contre la déferlante des jihadistes du groupe Etat islamique.

    Le général Zebari sera destitué. Un mandat d'arrêt vient d'être délivré contre lui. Selon les autorités centrales, il est soupçonné de concussion pour avoir offert « sept voitures appartenant au ministère de la Défense à des civils ». Il risque 7 ans de prison.

    Plusieurs mandats d'arrêt ont été récemment émis à l'encontre de dirigeants kurdes. Jeudi dernier, des mandats d'arrêt ont été émis un contre le vice-président du Kurdistan irakien Kosrat Rassoul, pour « propos provocateurs envers l'armée irakienne ».

    (Re) lire : Un vrai front voit le jour entre forces kurdes et irakiennes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.