GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: les FDS s’emparent du plus grand gisement pétrolier du pays

    media Un véhicule des FDS à l'est de Deir Ezzor, le 12 septembre 2017 (photo d'illustration). REUTERS/Rodi Said

    Les Forces démocratiques syriennes, soutenues par les Etats-Unis, ont annoncé avoir pris dimanche 22 octobre le contrôle du plus grand gisement pétrolier de Syrie, dans la province de Deir Ezzor, dans l'est du pays.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    L’alliance arabo-kurde soutenue par Washington a occupé dimanche pratiquement sans combat le champ pétrolier d’al-Omar. Ce gisement se trouve sur la rive orientale de l’Euphrate, à dix kilomètres au nord de la ville d’al-Mayadeen, prise la semaine dernière par l’armée syrienne au groupe Etat islamique.

    Les jihadistes avaient évacué al-Omar vendredi 20 octobre pour renforcer leurs positions face aux troupes gouvernementales à l’offensive dans la région. Les Forces démocratiques syriennes ont devancé de peu l’armée loyaliste, qui se trouvait à trois kilomètres seulement du champ pétrolier.

    Les FDS et l’armée syrienne sont engagées dans une course pour le contrôle des infrastructures et des champs de gaz et de pétrole dans le nord et l’est syriens. Les deux parties ont frôlé à plusieurs reprises l’affrontement direct. Mais les Américains et les Russes sont en contact régulier pour éviter un incident entre leurs alliés respectifs, qui risquerait de dégénérer en affrontement généralisé.

    Jusqu’à présent, la coordination russo-américaine a bien fonctionné, mais les observateurs craignent qu’après la défaite du groupe Etat islamique, l’ennemi commun, le risque d’affrontements directs entre la coalition arabo-kurde et l’armée syrienne augmente.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.