GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: des combattants kurdes blessés à Altun Kupri racontent

    media Des combattants peshmergas à Altun Kupri, le 20 octobre 2017. REUTERS/Azad Lashkari

    Près d'un mois après la tenue du référendum d'indépendance dans le Kurdistan irakien, le gouvernement central, qui avait interdit le scrutin, est décidé à reprendre aux combattants kurdes tous les territoires qu'ils ont grignotés depuis 2003. Un redéploiement de l'autorité fédérale qui s'est soldé par de violents affrontements avec les combattants peshmergas. RFI a rendu visite à des soldats kurdes blessés dans les combats.

    Avec notre correspondant à Erbil,  Wilson Fache

    Ils sont une dizaine, couverts de bandages et de sang séché. Ces peshmergas sont des rescapés des affrontements qui ont éclaté entre forces kurdes et irakiennes depuis peu.

    Allongé sur son lit d'hôpital, Ahmad Tahir Omar est entouré de ses proches. La veille, ce combattant kurde était dans la bourgade de Altun Kupri pour affronter son propre gouvernement.

    « Ils nous ont attaqués avec des roquettes guidées au laser qui ont traversé le blindage de notre véhicule en blessant le tireur, le conducteur et moi-même », raconte-t-il.

    Pourtant, il y a quelques mois encore, soldats kurdes et irakiens se battaient ensemble contre le groupe Etat islamique. Aujourd'hui, ils ont retourné leurs armes les uns contre les autres. Armes qu'ils ont pourtant reçues des puissances occidentales pour combattre les jihadistes.

    Hiwa Mohammed, 37 ans, a été blessé aux deux jambes dans l'explosion d'une roquette.

    « Je suis prêt à reprendre les combats une fois que mes pieds seront guéris. Même si je ne pense pas qu'il existe un seul kurde qui puisse s'opposer aux milices chiites et à l'armée irakienne. »

    Les Kurdes ont payé un lourd tribut à la suite de cette bataille, tout comme les forces qu'ils combattaient. Et entre les deux, la population a payé le prix du sang. Selon un résident de Altun Kupri, les bombardements kurdes sur la ville ont blessé et tué une dizaine de civils.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.