GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: les Kurdes proposent un cessez-le-feu et le gel du résultat du référendum

    media Des combattants kurdes peshmergas près d'Altun Kupri, entre Kirkouk et Erbil, le 20 octobre 2017. REUTERS/Azad Lashkari

    Les autorités kurdes irakiennes ont annoncé mardi soir 24 octobre qu'elles allaient geler les résultats de leur référendum d'indépendance qui s'est tenu dans la région autonome il y a un mois. Elles appellent aussi à un cessez-le-feu avec Bagdad. Mardi également, le Parlement kurde a voté le report de huit mois des élections législatives qui étaient prévues le 1er novembre. Un report qui intervient alors que la région autonome traverse une crise historique. Ces derniers jours des affrontements parfois très violents ont éclaté, faisant des victimes dans les deux camps.

    L'annonce est du gel des résultats du référendum est tombée vers une heure du matin au Kurdistan, après une nouvelle journée d'affrontements, rapporte notre correspondant à Erbil, Wilson Fache. Le report des élections à 2018, annoncé lui plus tôt, n'est pas une surprise. La semaine dernière déjà les autorités kurdes avaient annoncé qu'elles suspendaient temporairement l'organisation des élections en raison de la crise que connaît la région. Les autorités kurdes vont aussi annoncer prochainement une nouvelle date pour la présidentielle qui devait se tenir le même jour que les législatives.

    Une capitulation face à Bagdad ?

    Pour le parti au pouvoir, ce n'est pas le moment de tenir des élections alors que la région s'effondre. Et pour cause, depuis une dizaine de jours l'armée irakienne reprend aux Kurdes les territoires qu'ils avaient grignotés depuis la chute de Saddam Hussein en 2003. Les Kurdes perdent des territoires mais aussi des réserves de pétrole. Depuis fin septembre les vols internationaux vers et depuis la région sont suspendus, la caste politique est en train d'imploser et les Kurdes se sentent abandonnés par les puissances occidentales. Il semble qu'ils ne pouvaient plus tenir face aux mesures punitives infligées par Bagdad suite à la tenue du référendum d'indépendance le 25 septembre dernier.

    Le gouvernement central parle d'un redéploiement de son autorité, les Kurdes eux évoquent une déclaration de guerre. L'annulation des résultats du scrutin était pour le gouvernement central un préalable à toute négociation. Mais l'offre des kurdes ne signifie pas forcément que les forces fédérales vont subitement arrêter leurs opérations. Bagdad semble bien décidé à reprendre à la région autonome le contrôle des postes frontières avec la Turquie et la Syrie.

    Barzani mis en cause

    Ces annonces ont été accueillies avec un mélange de soulagement, de frustration, de colère aussi.

    Pour les parlementaires kurdes d'opposition, le report des élections et le gel des résultats du référendum sont des décisions fondamentalement antidémocratiques. Si certains accusent Bagdad d'avoir été trop loin, trop violemment, d'autres pointent du doigt l'instigateur du référendum, le président kurde Massoud Barzani.

    Certains Kurdes l'accusent d'avoir parié avec le destin du Kurdistan, d'avoir fait une erreur de jugement et d'avoir perdu. Un parlementaire kurde confiait à RFI que cette décision arrivait trop tard. Un jeune travailleur nous expliquait, lui, qu'il se sentait trahi à la fois par les gouvernements irakien et kurde.

    D'autres encore accusent le parti au pouvoir d'avoir repoussé le scrutin pour que le président kurde Massoud Barzani puisse continuer à gouverner. Plusieurs partis politiques appellent même à l'abolition de la présidence kurde et veulent des négociations avec Bagdad.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.