GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Royaume-Uni: Theresa May remporte le vote de défiance, 200 députés ont exprimé leur soutien et 117 ont voté contre (officiel)
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: attaque au gaz sarin de Khan Cheikhoun, c'est Damas pour l'ONU

    media Des habitants de Khan Cheikhoun reçoivent des combinaisons et des antidotes après l'attaque chimique survenue mardi 4 avril. REUTERS/Ammar Abdullah

    Le régime de Bachar el-Assad est responsable de l'attaque au gaz sarin sur la localité de Khan Cheikhoun qui a fait plus de 80 morts le 4 avril dernier... Les services de renseignement français, américains et britanniques étaient déjà arrivés à cette conclusion. Mais elle est donc maintenant officiellement confirmée par une étude conjointe de l'ONU et de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC). Les experts se disent convaincus de la responsabilité de l'aviation syrienne.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Ce rapport confidentiel d'une trentaine de pages est formel : les experts qui ont travaillé dessus se disent absolument convaincus de la responsabilité du régime dans l'attaque de Khan Cheikhoun le 4 avril dernier, une attaque qui avait suscité l'indignation internationale et provoqué des tirs de missiles en représailles par Washington.

    Damas avait d'abord tenté d'accuser les rebelles en invoquant le bombardement malheureux d'un dépôt contrôlé par des opposants au régime et qui aurait abrité du gaz sarin.

    ► à (re)lire : pour Bachar el-Assad l'attaque chimique est une histoire «montée»

    Mais ces experts indépendants mandatés par le conseil de sécurité de l'ONU démontent point par point les arguments du régime Assad pour se disculper. Toutes les interviews de témoins, les échantillons recueillis sur place, l'analyse des plans de vol pointent la responsabilité du régime syrien et il ne peut s'agir, selon ces experts, que d'une bombe lancée au petit matin du 4 avril, d'une puissance suffisamment importante pour que du gaz sarin ait continué à s'échapper du cratère dix jours après l'attaque.

    Les échantillons prélevés sur place ont aussi permis de relever la présence d'un précurseur chimique qui avait déjà été identifié dans les stocks d'armes chimiques syriens. Des photos et des vidéos corroborent par ailleurs la présence d'avions Sukkhoi de l'aviation du régime dans le ciel de Khan Cheikhoun ce jour-là.

    La Russie, alliée du régime de Damas, affirme elle que le sarin retrouvé est venu de l'explosion d'un obus au sol et non d'une attaque aérienne syrienne... Suite à la publication de ce rapport, Moscou a dénoncé des « incohérences » dans les conclusions de l'ONU. Pour le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le futur de la Syrie se fera sans Bachar al-Assad ou sa famille à sa tête.

    ► L'ONU annonce un nouveau cycle de pourparlers sur la Syrie à partir du 28 novembre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.