GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: purges après l'annonce de création d'un comité anti-corruption

    media Le prince héritier Mohammed ben Salman durant une cérémonie d'allégeance à La Mecque, le 21 juin 2017. Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court/Handout via REUTER

    C'est une purge, apparemment sans précédent, qui est en train de s'opérer en Arabie saoudite. Onze princes, quatre ministres en exercice et des dizaines d'anciens membres du gouvernement ont été arrêtés samedi 4 novembre 2017 en soirée, selon les médias d'Etat. Une annonce intervenue juste après la création d'une commission anti-corruption.

    Tout s'est passé très vite. Les forces de sécurité ont apparemment tout verrouillé. Les avions privés sont restés cloués au sol à Jeddah, pour empêcher toute fuite à l'étranger. Parmi les personnalités arrêtées pourrait figurer le prince al-Walid ben Talal, un milliardaire très puissant.

    Ces arrestations ont lieu juste après l'annonce de la création d'une commission anti-corruption censée punir ceux qui auraient profité de leur position pour prendre de l'argent public. Il semble que le prince héritier, Mohammed ben Salman, nouvel homme fort d'Arabie saoudite, veuille faire le ménage autour de lui.

    Les ministres de l’Economie et de la garde nationale limogés

    L'objectif du prince pourrait être d'assoir son autorité. Fatiha Dazi-Héni, chercheuse spécialiste des monarchies de la péninsule arabique à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), estime qu'il est « très clairement en train de se débarrasser de la nomenclature de l’ancien régime ». Cette purge inédite permet à l'héritier du trône de « se départir de tous ces réseaux de princes qui avaient des positions très fortes depuis des décennies » et des hommes d'affaires auxquels ils étaient alliés.

    Parallèlement à ces arrestations, deux ministres importants ont été limogés : celui de l'Economie et le responsable de la garde nationale, le prince Miteb ben Abdallah, qui fut un temps considéré comme possible prétendant au trône.

    Mais on le sait depuis juin 2017, c'est Mohammed ben Salman qui a été choisi pour succéder, un jour, à son père âgé de 81 ans, le roi Salman. Celui que l'on surnomme « MBS », 32 ans seulement, est à l'origine de nombreux changements dans le royaume. Il veut imposer sa vision des choses, quitte à se débarrasser de toute voix dissidente. Il a pour projet de s’entourer « d’une nouvelle technocratie » et d'une nouvelle génération de princes qui lui sont « complètement dévoués », explique Fatiha Dazi-Héni. Histoire d'enfoncer le clou, les autorités ont annoncé ce dimanche que les comptes bancaires des personnes arrêtées vont être gelés.

    ■ La plus grosse fortune du monde arabe serait parmi les princes arrêtés

    Le prince et milliardaire saoudien al-Walid ben Talal, 62 ans, ferait partie des cibles de la purge en cours en Arabie Saoudite. A la tête d'une fortune personnelle évaluée à 18 milliards de dollars, ils est connu comme un homme d'affaires particulièrement entreprenant.

    Le cours de Kingdom Holding Company, la société internationale d'investissement qu'il a fondé en 1979 et détient à 95 % a chuté de 9,9 % à l'ouverture dimanche 5 novembre 2017 de la bourse, au lendemain de son arrestation présumée.

    L'indice Tadawul All-Shares (Tasi), la Bourse la plus importante des pays arabes, était également en baisse, de 1,6 %, une minute seulement après son ouverture, à la suite de l'arrestation de princes et ministres dans une purge sans précédent en Arabie saoudite.

    Le cours de Kingdom Holding Co - société ayant des intérêts notamment dans les géants américains Citigroup et Apple, le parc d'attractions Euro Disney et des hôtels de luxe - n'ont pas chuté davantage, car selon le règlement de la Bourse saoudienne, les actions ne peuvent baisser de plus de 10 % lors d'une session.

    Depuis le début de l'année, Kingdom Holding Co a perdu environ 15 % de sa valeur mais la société a annoncé plus tôt, dimanche 5 novembre, une hausse de ses profits pour le troisième trimestre et les neuf premiers mois de l'année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.