GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: rassemblement en mémoire d'Yitzhak Rabin, entre «unité» et polémique

    media Des milliers de personnes se sont rassemblées en mémoire de l'assassinat d'Yitzhak Rabin, à Tel-Aviv, le 4 novembre 2017. REUTERS/Amir Cohen

    Place Rabin, face à la mairie de Tel-Aviv, des milliers de personnes se sont rassemblées, vendredi 4 novembre, en mémoire du Premier ministre Yitzhak Rabin tué sous les balles d'un extrémiste israélien, le 4 novembre 1995.

    Avec notre correspondant à Tel-Aviv, Michel Paul

    « L'assassinat de Rabin est un assassinat politique », scandent des jeunes réunis sur la place qui porte le nom du Premier ministre israélien tué à cet endroit précis 22 ans plus tôt. En tout, quelques dizaines de milliers de personnes sont venues commémorer cet événement.

    Le rassemblement se place cette année sous le signe de l'unité nationale. « Nous sommes un seul et même peuple », tel est le slogan officiel de ce meeting qui se veut apolitique. Pour Laurent Cigé, un responsable du parti travailliste israélien, il s’agit là d’une volonté de banaliser un meurtre politique. « Je crois que, pour le moment, dans la politique israélienne, il y a une volonté de faire oublier un peu que les balles sont toujours tirées de la droite vers la gauche et jamais de la gauche vers la droite », affirme-t-il. Il estime « qu’on essaie de faire oublier le caractère bien spécifique, de type politique et religieux, de l’assassinat de Rabin. On essaie de faire oublier qu’il a été assassiné ».

    Cette commémoration a profondément divisé la gauche israélienne. Plusieurs leaders du camp de la paix ont tout simplement décidé de boycotter la soirée. C'est le cas de l'ancienne députée travailliste Colette Avital, qui parle de l'intolérance de la société israélienne : « On n’a toujours pas compris les leçons de l’assassinat politique de Rabin. Ce soir, le thème est l’unité du peuple, ce qui dans les circonstances actuelles me semble une fausse unité. C’est pourquoi je ne viens pas ».

    Parmi les orateurs, bien présents eux, un général à la retraite et un ancien chef du Mossad, le service secret israélien. Tous deux ont lancé un appel en faveur de la formule deux Etats pour deux peuples et la fin de l'occupation de la Cisjordanie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.