GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    • Syrie/chimique: nouveau veto russe à une résolution prolongeant les enquêtes internationales
    Moyen-Orient

    Liban: inquiétudes et supputations après la démission de Saad Hariri

    media A Beyrouth, le 5 novembre 2017, au lendemain de la démission surprise du Premier ministre Saad Haririri, les banderoles à son effigie flottent toujours au vent. ANWAR AMRO / AFP

    Le départ soudain de Saad Hariri, le chef du gouvernement libanais, qui dénonce l’influence du Hezbollah et de son allié libanais dans la vie politique de son pays provoque une vague d’inquiétude au Liban. Le Hezbollah a affirmé ce dimanche que la démission du chef du gouvernement a été « imposée » par Riyad.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Chaos généralisé, plan de déstabilisation, guerre civile, etc, les scénarios les plus catastrophistes sont évoqués par des hommes politiques libanais, des experts, ou encore des citoyens, pour essayer de comprendre la décision de Saad Hariri.

    Le directeur de la Sûreté générale Abbas Ibrahim a affirmé ce dimanche que son service n’était pas au courant des tentatives d’assassinat visant le Premier ministre démissionnaire. La veille, les forces de sécurité intérieure - la police nationale -, dirigées par un proche du chef du gouvernement, ont publié un communiqué allant dans le même sens. Des sources proches de l’armée libanaise ont aussi affirmé ne pas disposer d’informations sur cette affaire.

    Saad Hariri est-il en liberté ?

    Le départ de Saad Hariri intervient à un moment où son gouvernement s’apprêtait à lancer d’importants dossiers, comme par exemple la signature du premier contrat d’exploitation du gaz offshore. Ou encore la préparation d’une conférence internationale de soutien au Liban à Paris, comme l’a lui-même révélé le Premier ministre dans un discours vendredi 3 novembre.

    Certains milieux politiques insinuent que Saad Hariri, qui se trouve en Arabie saoudite, n’est pas réellement libre de ses mouvements. Un ancien ministre, proche du Hezbollah, a appelé ce dimanche le président de la République, Michel Aoun, à convoquer les ambassadeurs des grandes puissances pour assurer, « l’exfiltration » du chef du gouvernement vers un lieu sûr, dans un pays européen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.