GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Avril
Lundi 16 Avril
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Tir de missile: l'Iran rejette les accusations de Riyad

    media La télévision pro-houtie al-Masirah a diffusé, ce dimanche 5 novembre, ce qui est présenté comme le lancement d'un missile émanant des rebelles houthis, depuis le Yémen. Houthi Military Media Unit via REUTERS TV

    L'Iran a rejeté lundi 6 novembre les accusations de l'Arabie saoudite visant Téhéran pour un missile tiré vers la capitale saoudienne par les rebelles houthis au Yémen et a accusé en retour Riyad de commettre des « crimes de guerre » dans ce pays.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Dans une série de tweets, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a accusé l'Arabie saoudite de réduire en miette le Yémen par ses bombardements qui tuent des milliers d'innocents, dont des bébés, et répandent le choléra et la famine.

    Il a accusé le royaume saoudien de mener des guerres d'agression, de tyranniser la région et d'avoir un comportement déstabilisateur et provocateur.

    Un peu plus tôt, son porte-parole avait qualifié les accusations de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre l'Iran d'« irresponsables et de provocatrices », accusant Riyad de crime de guerre contre le Yémen.

    « Un acte de guerre »

    L'Arabie saoudite avait en effet accusé l'Iran d'être derrière le tir de missile des rebelles houthis contre l'aéroport de Riyad et avait affirmé que ce tir « pourrait être synonyme d'un acte de guerre ».

    Le chef de la diplomatie saoudienne a de son côté affirmé que « les ingérences iraniennes » menacent la sécurité des pays de la région.

    Les relations entre les deux pays se sont encore dégradées ces dernières semaines. Les deux pays qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis janvier 2016 s'opposent sur toutes les crises régionales, notamment à propos de la Syrie, du Yémen, mais aussi de Bahreïn et du Liban.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.