GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Gaza: l'Autorité palestinienne intransigeante en matière de sécurité

    media Des représentants de l'Autorité palestinienne à Rafah, poste frontière avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er novembre 2017. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

    C'est l'un des sujets les plus délicats à négocier pour le Hamas et le Fatah palestiniens. Après dix ans de division, les deux partis ont entamé un rapprochement en vue d'une réconciliation. Mais ils n'ont pas encore abordé la question de la sécurité dans la bande de Gaza. Qui en aura la charge ? Qu'adviendra-t-il des groupes armés actifs dans l'enclave ? Ces questions doivent être au cœur des prochaines négociations qui reprendront dans deux semaines. Mais d'ores et déjà, l'Autorité palestinienne affiche son intransigeance dans ce domaine.

    Avec notre correspondant à Ramallah, Guilhem Delteil

    Officiellement, le sujet doit être au cœur des prochaines réunions de négociations. Mais en matière de sécurité, l'Autorité palestinienne a déjà fait valoir ses exigences.

    « Les ordres sont très clairs. Nous avons une autorité, une loi, un pistolet. Les forces de sécurité que nous avons en Cisjordanie - je parle de la structure, des missions et des effectifs - doivent être les mêmes qu'à Gaza », explique le major Hazim Attallah, le chef de la police palestinienne.

    En clair, l'Autorité palestinienne réclame un désarmement total du Hamas. Et le chef de la police prévient qu'il ne fera pas non plus de place aux hommes du mouvement islamiste dans ses effectifs. « Le plan de la police est le suivant: nous travaillerons avec les officiers de police que nous avions avant 2007. Ils auront besoin d'une remise à niveau d'un mois ou deux. Mais j'ai du personnel très bien formé. Et ce sont ces officiers de police avec lesquels je vais travailler en tant que chef de la police », assure-t-il.

    Des exigences difficilement acceptables pour les dirigeants du Hamas. Mais le major Hazim Attallah estime que l'intransigeance n'est pas tant celle de l'Autorité palestinienne que celle de ses partenaires internationaux. « Savez-vous à quel point les conditions de la communauté internationale à notre égard sont difficiles ? » interroge-t-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.