GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: des propositions de loi taillées sur mesure pour Netenyahu font débat

    media Le Premier ministre Benyamin Netanyahu est au cœur de deux affaires de corruption. REUTERS/Sebastian Scheiner/Pool

    Pour la cinquième fois en près d'un an, Benyamin Netanyahu devait être entendu, ce jeudi, par les policiers de la brigade de lutte contre la corruption. Le Premier ministre israélien est au cœur de deux enquêtes: l'une concerne des cadeaux qu'il a reçus d'hommes d'affaires, l'autre est relative à un possible accord avec le propriétaire d'un journal visant à lui offrir une couverture plus favorable. Ces dossiers pèsent sur l'avenir politique du Premier ministre. Et ces dernières semaines, deux projets de loi qui lui offriraient une certaine protection ont été débattus.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Dans les deux affaires, Benyamin Netanyahu affirme ne pas avoir enfreint la loi. Mais le Premier ministre israélien ne parvient pas à faire retomber la pression judiciaire qui le vise. Dans ce contexte, les débats ces dernières semaines autour de deux textes législatifs visant à réformer les procédures judiciaires ont été perçus par ses opposants comme des tentatives de protéger le chef du gouvernement.

    Le premier, désigné comme « loi française », visait à interdire toute enquête à l'encontre d'un Premier ministre en exercice. Mais il n'a pas obtenu le soutien nécessaire de l'ensemble des partis de la coalition gouvernementale. Le second, lui, vient de passer en lecture préliminaire à la Knesset, l'unique chambre du Parlement. S'il est adopté définitivement, le texte interdira à la police de formuler au procureur des recommandations à l'issue de ses enquêtes.

    Le chef de la police et les deux principaux procureurs du pays ont exprimé leur opposition à cette réforme, la jugeant « incompatible avec l'Etat de droit ». Le député à l'origine de cette proposition de loi, lui, se défend de porter un texte fait sur mesure pour le chef du gouvernement, Benyamin Netanyahu. Mais si c'est le cas, s'interroge une autre députée de la majorité, « pourquoi le faire passer hâtivement ? »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.