GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le régime reprend Al-Boukamal, dernière ville aux mains du groupe EI

    media Des soldats de l'armée syrienne ( photo d'illustration, ici à Deir Ezzor le 31 octobre 2017). STRINGER / AFP

    L'armée syrienne soutenue par le Hezbollah libanais et des milices populaires irakiennes ont pris, mercredi 8 novembre, Al-Boukamal, la dernière ville qui était encore aux mains du groupe Etat islamique, dans l'est du pays, ont annoncé des sources officielles syriennes et l'agence russe Sputnik.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    L'armée syrienne s'attendait à une longue et difficile bataille à Al-Boukamal, où étaient retranchées les dernières forces du groupe Etat islamique qui ont fui la province syrienne de Deir Ezzor et la ville irakienne d'Al-Qaïm. Mais les jihadistes se sont effondrés plus rapidement que prévu.

    Il faut dire que Russes et Syriens ont utilisé les gros moyens. La marine et l'aviation russes ont tiré ces deux dernières semaines des dizaines de missiles de croisière et largué des tonnes de bombes sur les lignes de défense du groupe Etat islamique. Si bien que lorsque les chars et l'infanterie sont partis à l'assaut, les jihadistes étaient déjà très affaiblis et démoralisés par leurs défaites successives en Syrie et en Irak.

    De plus, l'armée syrienne a mobilisé pour cette ultime bataille plusieurs divisions d'élite, appuyées par des milliers de combattants du Hezbollah libanais. De l'autre côté de la frontière, les milices populaires chiites irakiennes ont refermé l'étau sur les jihadistes et ont pris part aux combats.

    Avec la chute d'Al-Boukamal, l'EI ne tient plus aucune ville en Irak et en Syrie. Mais les jihadistes sont présents dans de vastes régions désertiques entre les deux pays, où ils ont stocké vivres, armes, et munitions, en prévision d'une guerre de harcèlement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.