GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: Pour Michel Aoun, Saad Hariri est «détenu» en Arabie saoudite

    media Saad Hariri, Premier ministre démissionnaire du Liban, est toujours présent par affiches interposées à Beyrouth (le 13 novembre). REUTERS/Mohamed Azakir

    Pour la première fois depuis la démission surprise de Saad Hariri, le 4 novembre, à Riyad, le président libanais Michel Aoun a officiellement annoncé, ce mercredi 15 novembre, que son Premier ministre et sa famille étaient «détenus» en Arabie saoudite. Quelques minutes plus tard, Hariri répondait sur son compte twitter qu’il se portait très bien et qu’il comptait revenir à Beyrouth «comme (il) l’a promis».

    Le Liban a haussé le ton, ce mercredi, douze jours après la démission surprise de son Premier ministre annoncé à Riyad dans des conditions jugées «anormales» par Beyrouth. Le président Michel Aoun a affirmé que le Liban considérait officiellement Saad Hariri comme «détenu» en Arabie saoudite. Le chef de l’Etat a ajouté devant les patrons des radios et des télévisions du pays que les membres de la famille du Premier ministre étaient également détenus. «Ils sont fouillés au départ et à l’arrivée», a encore dit Michel Aoun.

    Le président libanais a qualifié la «détention» de Saad Hariri par l’Arabie saoudite d’«acte hostile» qui porte préjudice à la dignité et à la souveraineté du Liban. Elle constitue, selon lui, une violation de la convention de Vienne et de la déclaration des droits de l’homme. Beyrouth, a-t-il indiqué, va porter l’affaire sur un plan international pour obtenir le retour de Saad Hariri.

    Michel Aoun a indiqué qu’il ne prendrait pas acte de la démission du Premier ministre que si elle est présentée à Beyrouth conformément aux usages constitutionnels.

    Quelques minutes plus tard, Saad Hariri insistait sur son compte twitter qu’il allait «très bien et si Dieu le veut», il compte retourner au Liban comme il l’a promis.

    Dans une interview, dimanche, Saad Hariri, apparu en mauvaise forme, avait assuré qu’il rentrerait au Liban «dans deux ou trois jours».

    ► à (re)lire: Les Libanais se mobilisent sur la Toile en faveur de Saad Hariri

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.