GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous souhaitons que les autorités iraniennes se montrent transparentes dans ce dossier et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable», a déclaré Agnès Von Der Mühll, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse électronique ce mercredi après la révélation dans la presse de cette arrestation, survenue en juin dernier. Roland Marchal, chercheur à l'Institut d'études politiques, est un collègue de Fariba Adelkhah, une Franco-Iranienne directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris. Tous deux devaient se retrouver en Iran et ont été arrêtés au printemps par les Gardiens de la révolution islamique, lesquels évoquent des soupçons d'espionnage.

    Moyen-Orient

    [Reportage] En Syrie, ces déplacés qui cherchent refuge au camp d'Aïn Issa

    media Des déplacés syriens dans le camp de Aïn Issa, à 50 km de Raqqa, le 21 octobre 2017. Delil souleiman / AFP

    Le groupe Etat Islamique a peut-être perdu sa capitale et ses grandes villes en Syrie, mais il contrôle encore des territoires au sud-est du pays. Dans la région de Deir Ezzor, les combats sont encore acharnés. Chaque jour les civils fuient par centaines. Entassés dans des camions, ils cherchent à atteindre un camp de réfugiés situé au nord de Raqqa. La ville est toujours en cours de déminage.

    Avec nos envoyés spéciaux en Syrie,

    La poussière s’est incrustée dans le moindre pli de son visage. Seuls ses yeux bleus et sa moustache rousse restent encore visibles. Ahmed Hassan, sa femme et leurs trois enfants viennent de passer 48h à l’arrière d’un camion. Les bombardements ont dévasté leur village.

    « Regardez dans quel état on se trouve. Nous venons de traverser le désert. Seul Dieu sait ce que nous avons enduré. Notre village, Mahgane, est détruit à 90%. Tous les villages aux alentours ont également été bombardés mais Mahgane est le plus durement touché. »

    Plusieurs dizaines de familles sont serrées les unes contre les autres dans la remorque du camion. Ce véhicule de transport de marchandises est garé sur le bord de la route. Hommes, femmes et enfants, aperçoivent le camp de réfugiés de Aïn Issa, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Raqqa.

    Ahmed Hassan, espère pouvoir mettre sa famille à l’abri, dans ce camp. « Je ne sais pas s’ils y a de la place pour nous dans ce camp. Nous avons eu de bons échos… On nous a dit qu’il était bien et qu’il y avait tout ce qu’il fallait en terme d’infrastructures. C’est pour ça que nous avons choisi de venir ici. »

    28 000 déplacés à Aïn Issa

    Le camion reprend la route en direction du camp de Aïn Issa. Chaque jour, ce sont jusqu’à 500 personnes qui y sont admises. Parmi les 28 000 déplacés qui y vivent déjà, Aïd Khalef, originaire de Raqqa, est venu y trouver refuge avec toute sa famille.

    « Nous sommes partis de chez nous à la suite de violents bombardements : 35 frappes consécutives, témoigne-t-il. Je suis ici avec ma famille. Nous sommes sept en tout. Il y a ma femme, mes enfants et mes parents. Nous souhaitons rentrer chez nous. Nous sommes une famille d’agriculteurs. Nous avons abandonné nos cultures de coton, de blé et d’orge pour venir ici. »

    S’il se félicite d’avoir trouvé refuge dans ce camp, il déplore en revanche le fait de ne pas pouvoir travailler, ni de reprendre une vie normale. « On dépend de l’aide humanitaire et on ne peut même pas travailler. J’ai essayé une fois mais le problème ici dans la région c’est que les gens savent que nous sommes des déplacés et ils en profitent. C’est de l’esclavagisme. On trime une journée entière et à la fin on n’a même pas de quoi acheter du pain. On est sous payés. »

    Syrie: quel avenir pour Raqqa, ville libérée de l'EI mais détruite à 80%

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.