GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Iran critique la position diplomatique de la France dans les crises régionales

    media Jean-Yves Le Drian reçu par Mohammed ben Salman, à Riyad, le 15 novembre 2017. Reuters/Saudi Press Agency/Handout

    L'Iran a accusé vendredi 17 novembre la France de « partialité » et affirmé que son approche aggravait les crises au Moyen-Orient, en réponse à des critiques françaises, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères iranien.

    A plusieurs reprises ces derniers jours, le 7 novembre puis encore hier à Riyad, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a affirmé que la France s'inquiétait des « tentations hégémoniques » de Téhéran, lors d'une visite en Arabie saoudite, pays rival de l'Iran.

    S'exprimant lors d'une conférence de presse à Riyad avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir, dans le cadre de la très délicate affaire libano-saoudienne Saad Hariri, le ministre français avait indiqué avoir évoqué « le rôle de l'Iran et les différents domaines dans lesquels les actions de ce pays nous inquiètent ». « Je pense en particulier aux interventions de l'Iran dans les crises régionales, à cette tentation hégémonique et je pense à son programme balistique », avait-il poursuivi.

    De « crises potentielles en crises réelles »

    Des termes peu goûtés par Téhéran, en confrontation plus qu'aigüe avec son voisin saoudien. « Malheureusement, il semble que la France a un regard partial et partisan sur les crises de la région et cette approche, volontairement ou involontairement, aide même à transformer des crises potentielles en crises réelles », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Ghassemi.

    « Vos inquiétudes ne sont pas conformes à la réalité régionale et elles vous conduisent dans la mauvaise direction », a-t-il insisté. Rejetant la responsabilité de l'Iran, il a estimé que c'est au contraire « l'Arabie saoudite qui joue un rôle destructeur évident » dans ces crises.

    Alors que l'épisode Hariri semble doucement parvenir à son épilogue - le Premier ministre devrait séjourner brièvement à Paris avant de repartir pour Beyrouth, pour présenter ou non sa démission en bonne et due forme -, l'affrontement entre les deux rivaux iranien et saoudien et très loin de s'apaiser.

    Israël prêt à collaborer avec l’Arabie saoudite pour contrer l’Iran

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.