GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Iran hausse le ton face à la France après les critiques de Macron

    media Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution iranienne. ISNA

    Pour la seconde fois en 24 heures, l'Iran a dénoncé la position de la France qui demande une révision de la politique régionale et du programme balistique de l'Iran, malgré le rapprochement entre les deux pays depuis l'accord nucléaire en 2015.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    C’est Ali Akbar Velayati, le conseiller du Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui est monté au créneau pour critiquer la position de la France et plus personnellement celle du président Macron.

    « Pour notre défense, nous ne demandons la permission pour savoir si l'on doit avoir des missiles ou pas ou quelle doit être leur portée. En quoi ça le regarde ? Qui est-il pour s'ingérer dans ces affaires ? S'il veut que les relations entre l'Iran et la France se développent, il doit essayer de ne pas s'ingérer dans de telles affaires, car c'est contraire aux intérêts nationaux de la France. Monsieur doit savoir que s’il entre dans ces sujets, la réponse sera certainement négative. »

    Réponse directe

    Cette déclaration est une réponse directe au président Macron qui a déclaré vendredi 17 novembre que l’Iran devait avoir une « stratégie régionale moins agressive » et s’était inquiété de la « politique balistique » qui à ses yeux apparaît « non maîtrisée ».

    Déjà vendredi, un porte-parole de la diplomatie iranienne avait critiqué les propos du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian qui avait dénoncé les « tentations hégémoniques » de l’Iran au Moyen-Orient.

    L’Iran est d’autant plus déçue par la position de la France que Paris a été le principal bénéficiaire de l’accord nucléaire avec des contrats entre l’Iran et groupes automobiles français Peugeot et Renault, le groupe pétrolier Total où encore Airbus qui doit livrer à l’Iran une centaine d’avions.

    La défense de l'accord sur le nucléaire iranien, une priorité de la France

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.