GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Premier ministre du Liban Saad Hariri et sa famille à Paris

    media Le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement libanais Saad Hariri le 1er septembre 2017 à Paris. Rien n'augurait la crise inédite qui allait éclater, deux mois plus tard. AFP/Ludovic Marin

    Le chef du gouvernement libanais Saad Hariri a atterri ce 18 novembre à Paris, en provenance de Riyad. Il s'est entretenu avec le président Emmanuel Macron, pour tenter de trouver une issue à la crise libanaise qui reste entière, avant de rentrer à Beyrouth au plus tard mercredi.

    Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri a touché le sol français samedi matin à Paris vers 7h. Il doit rencontrer le président Emmanuel Macron à midi. L'entretien devrait être bref, et il sera suivi autour d'un déjeuner agrandi à la famille du Libanais.

    Soulagement

    Au Liban, la classe politique est soulagée du départ de son Premier ministre d’Arabie saoudite où il était « détenu », selon le président Michel Aoun. Celui-ci estime donc avoir réalisé son premier objectif, qui était d’exfiltrer Saad Hariri de Riyad. Mais le chef de l’Etat et les autres responsables restent prudents, une prudence teintée d’inquiétude, car de nombreuses questions restent sans réponse, rappelle notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

    Michel Aoun regrette par exemple que la fille et l’un des fils de Saad Hariri soient restés à Riyad, sous prétexte de poursuivre leurs études scolaires. Le Premier ministre a été rejoint à Paris par son épouse et son fils ainé, qui vit en Grande-Bretagne, où il suit ses études universitaires.

    Autre motif d’inquiétude, le tweet de Saad Hariri à son départ vendredi soir, après une rencontre avec l’homme fort de Riyad, le prince héritier Mohammad ben Salman : « Mon séjour dans le royaume était destiné à des concertations autour de l’avenir de la situation du Liban et de ses relations avec son environnement arabe », a-t-il dit, précisant que toutes les autres informations qui circulent sur les raisons de son séjour, les circonstances de son départ et la situation de sa famille, ne sont que des « rumeurs ».

    Manifestations pour réclamer le retour d'Hariri

    Le président français a dit que Saad Hariri retournera au Liban dans « les jours ou les semaines à venir ». Mais les dirigeants libanais exigent son retour lundi ou mardi et ont convenu d’annuler les cérémonies de la fête de l’indépendance, prévue mercredi, et de les remplacer par des manifestations réclamant le retour du Premier ministre.

    L’inquiétude est d’ailleurs manifestée par une partie de la presse libanaise. Les quotidiens Al-Akhbar et Al-Ittihad parlent de « libération sous condition de Saad Hariri ».

    Et les tensions demeurent vives, au plus haut niveau. En témoigne les agitations diplomatiques entre Berlin et l'Arabie saoudite. Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a - comme beaucoup ces quinze derniers jours - laissé entendre que Saad Hariri subirait l'influence de Riyad, selon l'agence officielle saoudienne SPA. L'Arabie saoudite a décidé de rappeler son ambassadeur à Berlin pour protester. Et Hariri, en quittant l'Arabie saoudite hier soir, de tancer vertement le chef de la diplomatie allemande, à nouveau sur Twitter :

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.