GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Aujourd'hui
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Hezbollah nie envoyer des armes vers les pays arabes

    media A Beyrouth, retransmission tv du discours du chef du Hezbollah, lundi 20 novembre 2017. REUTERS/ Jamal Saidi

    Le chef du Hezbollah libanais dont le parti a été considéré dimanche par la Ligue arabe comme une organisation terroriste, a nié envoyer des armes au Yémen, à Bahreïn et au Koweït. Hassan Nasrallah a rappelé que le Hezbollah a libéré le Liban de l’occupation israélienne et a contribué à la défaite du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    C’est un Hassan Nasrallah amer, presque sur la défensive, qui est apparu ce lundi soir à la télévision. D’une voix calme, dissimulant mal une colère contenue, le chef du Hezbollah a rejeté les accusations de terrorisme lancées dimanche soir contre son parti par la Ligue arabe, les qualifiant « d'absurdes » et « ridicules ». Hassan Nasrallah a dénoncé le fait que le Hezbollah soit qualifié d’organisation terroriste « au moment où il libère la ville syrienne de Boukamal du groupe Etat islamique », et d’accuser l'Iran de parrainer le terrorisme « alors qu’il aide à combattre les jihadistes ».

    Le Hezbollah a aussi libéré le Liban de l’occupation israélienne et continue de défendre le pays face aux menaces de l’Etat hébreu, a-t-il dit.

    Il a aussi mis en avant le rôle joué par son parti dans la défaite des jihadistes en Irak et en Syrie, annonçant que ses conseillers et instructeurs militaires pourraient se retirer d’Irak lorsque Bagdad annoncera la défaite du groupe Etat islamique.

    Selon Hassan Nasrallah, le califat auto-proclamé par l’EI a été démantelé. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’organisation n’existait plus. Elle s’est repliée vers quelques poches dans le désert syro-irakien.

    Répondant point par point aux accusations de la Ligue arabe, Hassan Nasrallah a officiellement nié que son parti envoyait des armes dans les pays arabes. « Nous n’avons envoyé ni roquettes, ni armes modernes, pas même un pistolet », a-t-il martelé.

    Il a également catégoriquement démenti que le Hezbollah soit à l’origine du tir d’un missile balistique, début novembre, par les rebelles yéménites, contre l’aéroport international de Riyad.

    Selon lui, « les armes du Hezbollah constituent un facteur important pour préserver la stabilité au Liban ». « Laissez le Liban tranquille, ne vous mêlez pas de ses affaires si vous vous souciez de sa sécurité », a-t-il lancé. Hassan Nasrallah s'est dit « ouvert au dialogue » avec le Premier ministre Saad Hariri, qui avait présenté sa démission surprise à partir de Riyad, le 4 novembre. Mais selon lui, Hariri n’est pas démissionnaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.