GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Syrie, les forces en guerre contre le groupe EI se livrent aussi bataille

    media Les tirs de rockets pleuvent de part et d'autres du fleuve Euphrate, près de Boukamal, dernier bastion de l'EI, le 19 novembre 2017. REUTERS

    C’est une véritable course qui est engagée dans le sud-est de la Syrie. Les troupes de Bachar el-Assad d’un côté, les Forces démocratiques syriennes de l’autre, font route vers Al-Boukamal. Cette ville frontalière de l’Irak, est la dernière position du groupe Etat islamique en Syrie. RFI a pu se rendre sur le front de Boukamal.

    Avec notre envoyé spécial de retour d'Al-Boukamal,  Sami Boukhelifa

    Cette bataille multilatérale se joue sur les rives de l’Euphrate. Rive ouest, l’armée de Bachar el-Assad. Rive est, les forces démocratiques syriennes, la milice arabo-kurde soutenue par Washington. Et en face de ces deux camps, l’ennemi commun, le groupe Etat islamique.

    De part et d’autre du fleuve, toutes ces forces sont en compétition. Chacune souhaite prendre Al-Boukamal en premier, et être ainsi celle qui met un terme, qui clôt le chapitre de l’existence d’un territoire appartenant au califat autoproclamé en Syrie.

    Obus de mortier

    Tous les canons pointent en direction des jihadistes à Boukamal, mais régime et forces démocratiques syriennes s’affrontent aussi mutuellement. Il ne s’agit pas de combats acharnés mais chaque jour, ils visent leurs positions respectives. Il y a des tirs d’artillerie et d’obus de mortiers, de part et d’autre.

    Depuis la libération de Raqqa, il y a un mois, tout s’est accéléré, et le groupe EI a perdu quasiment toutes ses villes. Mais pas sa force destructrice. Les villages tout juste libérés, que nous avons traversés pour aller au front de Boukamal, restent une zone très instable. Elles sont minées, il y a des cellules dormantes, les jihadistes peuvent frapper à n’importe quel moment. La semaine dernière par exemple, deux voitures piégées ont explosé à 100 km en amont du front.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.