GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Palestiniens se mettent d'accord pour organiser des élections en 2018

    media Khalil al-Hayya, leader du Hamas, lors d'une conférence de presse en marge de négociations interpalestiniennes, au Caire, le 22 novembre 2017. MOHAMED EL-SHAHED / AFP

    Après deux jours de négociations au Caire, les factions palestiniennes ont annoncé un nouvel accord en vue d'une réconciliation. Après dix ans de division, elles se sont entendues sur la tenue d'un scrutin législatif et présidentiel d'ici la fin de l'année 2018. Mais ce nouveau texte élude une fois de plus les principaux points de discorde entre Hamas et Fatah, les deux principaux partis.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    La date doit être fixée par le président de l'Autorité palestinienne mais une échéance est désormais fixée : les factions palestiniennes sont d'accord pour organiser des élections générales d'ici la fin de l'année 2018.

    Ce scrutin serait le premier organisé dans l'ensemble des Territoires palestiniens depuis 2006. Aujourd'hui, le Conseil législatif – organe parlementaire de l'Autorité palestinienne – ne siège plus et le mandat du président a expiré en 2009. La tenue d'un tel scrutin serait donc une avancée, après dix ans de blocage.

    Les sujets sensibles évités

    Mais le communiqué final de cette nouvelle session de négociations élude, une fois de plus, les sujets les plus sensibles. Il ne fait pas mention de l'avenir des groupes armés et de la gestion de la sécurité dans la bande de Gaza. Le texte appelle simplement à « lever tous les obstacles entravant les efforts du gouvernement pour assumer immédiatement ses responsabilités ».

    Les discussions doivent désormais se poursuivre entre les deux principaux partis : Hamas et Fatah. Un participant aux négociations reconnaissait ce mercredi la portée limitée de cet accord, confiant à l'AFP que les 13 factions présentes au Caire se sont « juste entendues pour ne pas démolir la maison » palestinienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.