GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le procès en Belgique de Salah Abdeslam a été reporté au 5 février 2018 (tribunal de Bruxelles)
    • Afghanistan: attaque en cours contre un centre d'entraînement militaire à Kaboul (ministère)
    • L'aviation israélienne bombarde des positions du Hamas à Gaza après des tirs de roquettes sur le sud d'Israël (armée)
    • L'électricité a été rétablie à l'aéroport d'Atlanta, aux Etats-Unis, après une panne géante (aéroport)
    Moyen-Orient

    [Reportage] Syrie: la libération du village de Jema, le long de l'Euphrate

    media Le ville d'Al-Boukamal, à la frontière irako-syrienne, le 20 novembre 2017. STRINGER / AFP

    Après avoir chassé les jihadistes de Raqqa, les Forces démocratiques syriennes poursuivent leur lutte contre le groupe Etat islamique. L’EI est désormais retranché dans le sud-est de la Syrie. Son principal bastion est la ville d’Al-Boukamal, à la frontière avec l’Irak. Pour y parvenir, les FDS doivent libérer une multitude de villages sur la rive orientale de l’Euphrate.

    Avec nos envoyés spéciaux sur le front d’Al-Boukamal, Sami Boukhelifa et Boris Vichith

    Des tirs de victoire… les FDS célèbrent la libération de Jema, un hameau désertique au nord d’Al-Boukamal. Le jeune Matar Hamada a participé à l’assaut. Il porte fièrement une cagoule noire des jihadistes. Une prise de guerre.

    La libération de Jema, un reportage de nos envoyés spéciaux aussi à l'écoute 22/11/2017 - par Sami Boukhelifa Écouter

    « Oui, ma cagoule appartenait à ces chiens de Daech. Et ce n’est pas tout ce que je vais leur prendre. Je vais leur reprendre toute la Syrie. Nous avons libéré Raqqa, et maintenant nous allons nous débarrasser de tous les jihadistes ».

    Spontanément, des villageois viennent à notre rencontre. Anab Abou Mechaal et sa famille tiennent à nous raconter le calvaire qu’ils ont vécu ces dernières années.

    « C’était comme si nous brûlions en enfer. Nous étions asphyxiés par Daech. J’ai dix personnes à ma charge et voilà ma maison, venez vérifier par vous-mêmes, nous n’avons plus rien ! Tout ce que je possède c’est ma djellaba et je suis prêt à la vendre si quelqu’un veut bien me l’acheter. Ça a été les quatre pires années de notre vie mais, Dieu merci, ça va mieux maintenant ».

    A côté d’Anab Abou Mechaal, son épouse se cache le visage. Dans ces villages tout juste libérés, les femmes sont encore en niqab et pas question de l’enlever. Leur principale crainte : un éventuel retour des jihadistes qui ne sont qu’à quelques centaines de mètres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.