GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La Syrie accepte une trêve dans la Ghouta orientale, les civils manquent de tout

    media Un Syrien près de sa maison détruite, dans la ville assiégée de Arbin, dans la région de la Ghouta orientale, le 27 novembre 2017. ©ABDULMONAM EASSA/AFP

    En Syrie, le régime accepte le principe d'une trêve dans la Ghouta orientale, cette enclave rebelle aux portes de Damas. Depuis quinze jours, suite à l'attaque d'une position de l'armée par un groupe insurgé, les forces pro-gouvernementales ont lourdement pilonné cette région. Depuis dimanche, au moins 40 civils ont été tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et les rebelles ont pour leur part soumis la capitale à d'intenses tirs de mortiers. Dans la Ghouta orientale, les violences se doublent d'une grave crise humanitaire.

    Avec notre correspondante à Beyrouth,  Laure Stephan

    Abou Ahed, un médecin de Kfar Batna, dans la Ghouta orientale, qui témoigne sous pseudonyme, a encore vécu la journée de mardi au son des bombardements et des combats. Il espère que l'annonce d'un possible répit se concrétise.

    « Tous les civils accueillent positivement l'idée d'une trêve, dit-il. Les gens sont très fatigués des bombardements, du bruit des avions. Les civils espèrent que le siège va finir, qu'on va voir au quotidien autre chose que chaque jour des colonnes de fumée. Oui, ça donne un peu d'espoir. »

    L'escalade de violence, depuis deux semaines a rendu encore plus difficile le quotidien des civils. La Ghouta orientale est assiégée par les forces pro-régime qui veulent obtenir la reddition des rebelles. Mais ce sont d'abord les civils qui souffrent. Et depuis l'été, les pénuries sont devenues très lourdes.

    « Cela fait quatre ans que la Ghouta orientale est assiégée. On manque de tout. Il n'y pas de lait infantile, très peu de médicaments. Ce que l'on a, ce sont des stocks qui ont été transportés par des tunnels qui ne fonctionnent plus depuis des mois. Lundi, des vivres sont rentrés via un commerçant qui a des connexions avec le régime. Mais tout est taxé par le régime, et tout est donc très cher », exlique le médecin.

    Mardi, un rare convoi de l'ONU est entré dans la Ghouta orientale, mais la quantité de vivres autorisée est infime par rapport aux besoins.

    (Re) lire : Syrie: les enfants de la Ghouta-orientale victimes de malnutrition

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.