GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: Saad Hariri bientôt de retour au poste de Premier ministre?

    media Le Premier ministre libanais Saad Hariri le 22 novembre 2017. REUTERS/Aziz Taher

    Le Premier ministre libanais Saad Hariri a fermement critiqué, ce jeudi 30 novembre, le Hezbollah, son partenaire dans le gouvernement, affirmant redouter que « l’ingérence du Hezbollah à l’extérieur finisse par coûter très cher au Liban ». Il a aussi assuré qu’il « n’acceptera pas qu’un parti politique libanais participe à des manœuvres qui servent les intérêts de l’Iran », lors d'une interview accordée à Paris Match. Mais il souhaite la stabilité au Liban, ce qui passe par la présence du Hezbollah dans le gouvernement. Il pourrait donc bientôt reprendre sa place de Premier ministre.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    A Beyrouth, les milieux politiques et les médias prévoient une remise en selle du gouvernement de Saad Hariri sans aucun remaniement. Mais c’est la première fois que le Premier ministre évoque explicitement cette option. Ce scénario signifie que la situation revient à ce qu’elle était avant sa démission surprise à Riyad le 4 novembre dernier.

    Pas question donc de former un nouveau gouvernement d’où serait exclu le Hezbollah, comme l’a réclamé ouvertement l’Arabie saoudite. Dans une interview au New York Times le 23 novembre, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman affirmait encore qu’il était sûr que le Premier ministre libanais ne couvrirait pas un gouvernement essentiellement contrôlé par le Hezbollah. Mais Saad Hariri a une autre vision des choses. A Paris Match, il affirme que son premier souci est d’avoir un Liban stable. Or la stabilité passe obligatoirement par un gouvernement d’union nationale, le sien, où siège également le Hezbollah.

    Cela n’empêche pas Saad Hariri d’exprimer sa forte opposition à la participation du parti chiite à la guerre en Syrie et à d’autres conflits dans la région. Cependant, ces critiques sont admises, y compris par le Hezbollah. Tout rentre donc dans l’ordre. Le conseil des ministres devrait se réunir la semaine prochaine et Saad Hariri reprendra la place qui est la sienne sur l’échiquier politique libanais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.