GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’ex-patron du cimentier LafargeHolcim poursuivi pour financement du terrorisme

    media Eric Olsen, ici à Zurich en mars 2017. REUTERS/Arnd Wiegmann

    L'ex-patron du groupe LafargeHolcim, Eric Olsen, a été mis en examen jeudi soir à Paris dans l'enquête sur le financement par le cimentier en 2013 et 2014 de plusieurs groupes jihadistes en Syrie. Ce matin, deux autres ex-responsables du groupe sont toujours en garde à vue.

    Eric Olsen, ex-directeur général du groupe, est donc le premier à être mis en examen pour financement d'une entreprise terroriste et mise en danger de la vie d'autrui. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

    Ce matin, Bruno Lafont, PDG de Lafarge de 2007 à 2015 et Christian Herrault, son adjoint, notamment en charge de la Syrie, sont donc toujours entendus par les enquêteurs.

    La semaine dernière déjà, trois anciens cadres du groupe avait été mis en examen.

    Le cimentier est mis en cause pour des faits particulièrement grave. Il lui est reproché d'avoir financé le groupe Etat Islamique, afin de continuer à faire tourner son usine de Jalabiya située dans le nord de la Syrie. En 2014, le groupe jihadiste gagne du terrain et devient incontournable dans la région.

    Versements

    Face aux enquêteurs, l'un des cadres de la filiale syrienne a reconnu avoir vu le nom de Daech sur des documents internes à l'entreprise. Il a également indiqué que 20 000 dollars était versés tous les mois pour poursuivre l'activité. Des aveux corroborés par les témoignages de trois ex-salariés syriens aujourd'hui parties civiles.

    Reste à déterminer si les autorités françaises ont été informées des activités troubles de Lafarge en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.