GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Vendredi de la colère à Jérusalem contre la décision de Trump

    media Arrestation d'un Palestinien à Jérusalem le 8 décembre 2017. REUTERS/Ronen Zvulun

    C'était un vendredi sous tension dans les territoires palestiniens. Des heurts ont éclaté dans plusieurs localités entre manifestants et forces israéliennes. Les affrontements les plus violents ont eu lieu à Bethléem, Hébron et Ramallah. Au moins un homme a également été tué dans la bande de Gaza. Un mouvement de colère contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. A Jérusalem même, après la prière du vendredi, quelques centaines de personnes ont manifesté, entraînant quelques accrochages avec les forces de l'ordre.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    Les slogans réclamaient la libération de la Palestine, la fin de l'occupation de Jérusalem et dénonçaient la reconnaissance de la ville comme capitale d'Israël par les Etats-Unis. Mais la récente décision de Donald Trump pousse aussi les manifestants palestiniens à réclamer le départ de leurs dirigeants : « Si on veut mettre un terme à l'occupation israélienne, il faut d'abord dissoudre l'Autorité palestinienne, dénoncer les accords d'Oslo et se réunifier en tant que pouvoir révolutionnaire. Nous ne devons pas compter sur l'Autorité palestinienne qui est corrompue et en déroute morale. »

    La journée avait été placée sous le signe de la « colère » par les factions palestiniennes. Mais les protestataires affirment ne pas avoir répondu à un appel politique. Pour eux, le déménagement annoncé de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem est le symptôme de tout un système qui ne fonctionne pas.

    « Les gens sont frustrés de cette situation enlisée, confie George. Et la communauté internationale ne tient pas ses engagements comme les résolutions de l'ONU pour mettre un terme à l'occupation, la non-reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d'Israël. Et il y a aussi le rôle malhonnête des Etats-Unis. »

    Pendant quatre heures, les manifestants ont occupé une petite esplanade devant la vieille ville. A plusieurs reprises, ils ont été délogés par les policiers. En fin d'après-midi, l'accès à cet espace a été bloqué. Les manifestants ont quitté les lieux.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.