GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: inculpation en France de deux responsables de Lafarge, dont l'ex-PDG

    media L'ex-PDG de Lafarge au moment des faits, Bruno Lafont, devra répondre aux accusations de financement d'une entreprise terroriste. (Photo de 2012). ERIC PIERMONT / AFP

    De nouvelles mises en examen chez Lafarge : le PDG Bruno Lafont et l'ex-directeur général adjoint Christian Herrault ont été placés sous contrôle judiciaire vendredi 8 décembre. Les cadres de la cimenterie Lafarge Holcim sont soupçonnés d'avoir financé plusieurs groupes terroristes en Syrie entre 2013 et 2014.

    C'est la première fois qu'un patron du CAC 40 est mis en cause pour infraction terroriste. Bruno Lafont était à la tête de l'entreprise en 2013-2014 au moment des faits.

    Bruno Lafont et d'autres cadres de Lafarge sont soupçonnés d'avoir pactisé avec plusieurs groupes terroristes dont le groupe Etat islamique, dans le but de maintenir en activité l'usine de Jalabiya, dans le nord de la Syrie. Cette usine a payé 500 000 dollars à l'organisation terroriste, qui lui a également acheté du pétrole.

    Le but de l'enquête est de déterminer si la direction de Lafarge était au courant de ces actes. Pour l'instant, les déclarations de Bruno Lafont et de Christian Herrault sont contradictoires.

    Christian Herrault a reconnu que Lafarge avait été victime d'une économie de racket. Il assure avoir régulièrement informé Bruno Lafont des versements faits à l'EI, affirmant que le PDG n'avait émis aucune objection.

    De son côté, Bruno Lafont nie avoir été informé : « Pour moi si rien ne remontait, c'est que rien de matériel ne se produisait », a-t-il déclaré. Il devra répondre aux accusations de mise en danger de la vie d'autrui et financement d'une entreprise terroriste.

    Jeudi 7 décembre, Eric Olsen, directeur général après la fusion du groupe français avec le Suisse Holcim en 2015, avait été inculpé pour les même chefs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.