GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Grève à Gaza, nouveau signe d'une réconciliation palestinienne en panne

    media Journée de grève dans la fonction publique à Gaza. Les fonctionnaires de l'administration du Hamas réclament d'être intégrés à l'administration de l'Autorité palestinienne. Mahmud Hams/AFP

    Alors que la bande de Gaza, Jérusalem et la Cisjordanie occupée sont secouées par des violences et des protestations contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, les factions palestiniennes, elles, sont toujours aussi divisées. La réconciliation lancée au mois de septembre est désormais en panne. Elle butte actuellement sur la question de l'intégration des fonctionnaires qui travaillaient pour le Hamas. Ce mardi, une grève générale a lieu dans l'enclave palestinienne. 

    De notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

    Ce mardi 12 décembre, tous les bâtiments des ministères dans la bande de Gaza sont fermés, tout comme les écoles gouvernementales et les hôpitaux publics. Seuls les soins urgents sont pratiqués. Ce mouvement de protestation est très suivi, parfois sous la contrainte: selon des témoignages recueillis sur place par RFI, les hommes du syndicat de la fonction publique, à l'origine de cet appel à la grève, s'assurent que les fonctionnaires ne viennent pas travailler.

    Ce syndicat, lié au Hamas qui contrôle la bande de Gaza depuis dix ans, demande la reconnaissance des 55 000 fonctionnaires de l'administration de facto du territoire comme des agents légitimes du gouvernement. Ils réclament leur intégration dans les effectifs de l'Autorité palestinienne, qui finance déjà sa propre administration.

    Au terme des négociations menées au Caire, le Hamas estime que c'est à l'Autorité palestinienne de payer les salaires de ses fonctionnaires en attendant la mise en place d'une administration unifiée. Mais la semaine dernière, le gouvernement n'a versé les rémunérations que de ses propres employés. En réponse, le mouvement islamiste a refusé de reverser à Ramallah les taxes prélevées dans la bande de Gaza, lui valant d'être accusé par l'Autorité palestinienne d'empêcher les efforts de réconciliation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.