GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Jérusalem: Erdogan veut rallier le monde musulman derrière lui

    media Recep Tayyip Erdoğan et Mahmoud Abbas à Istanbul, le 12 décembre 2017. Kayhan Ozer/Presidential Palace/Handout via REUTERS

    Recep Tayyip Erdoğan réunit mercredi 13 décembre, à Istanbul, un sommet de l’Organisation de la Coopération islamique. Son objectif, fédérer le monde musulman derrière lui, dans son opposition à la décision prise la semaine dernière par Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Plusieurs dizaines de dirigeants musulmans sont attendus.

    Le président turc a donné le ton, ce mardi 13 décembre en ouverture du sommet extraordinaire de l'Organisation de la coopération islamique, à Istanbul. Cartes de la Palestine projetées au mur à l'appui, il a affirmé « qu’Israël est un Etat occupant, en plus d’être l’Etat terroriste », rapporte notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette.

    Le président turc tient également ce que Jérusalem-Est soit reconnue comme capitale de la Palestine. Ce sera probablement, d’ailleurs, le cœur de la déclaration finale de ce sommet.

    A la suite du président Erdogan c’est Mahmoud Abbas qui s’est exprimé à son tour, raconte notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil. Dès le début de son discours, le président palestinien a répondu à Benyamin Netanyahu. Le Premier ministre israélien a répété ces derniers jours qu'il n'y aurait pas de paix tant que les Palestiniens ne reconnaitront pas ce qu'il qualifie de « réalité historique » : que Jérusalem est la capitale d'Israël. Le président de l'Autorité palestinienne a repris l'argument à son compte : « Jérusalem est et restera la capitale et la couronne de l'Etat de Palestine, sans laquelle il n'y aura pas de paix ni de stabilité ».

    Mahmoud Abbas a affirmé qu'il ne se sent plus lié par les accords signés avec les autorités israéliennes. Il rejette à présent tout rôle pour les Etats-Unis dans le processus de paix, en raison des positions partiales de Donald Trump. Il demande à l'ONU de reprendre le flambeau. L'ONU où il estime que Washington a perdu la légitimité d'avoir un droit de véto.

    Mahmoud Abbas réclame plus d'action

    Le président de l'Autorité palestinienne veut que les pays musulmans passent de la parole aux actes : l'OCI a déjà marqué son attachement à Jérusalem, a t-il souligné. Il faut maintenant, dit-il, « forcer les Etats-Unis à revenir en arrière et empêcher que d'autres pays ne leur emboîtent le pas ».

    Recep Tayyip Erdoğan avait annoncé la tenue de ce sommet dès le 6 décembre. C’était la veille du choix des Etats-Unis de déménager leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, avec un objectif affiché : « mettre en mouvement le monde musulman contre cette décision », rappelle notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    Le roi Abdallah II de Jordanie, doit également prononcer un discours. Le président iranien, Hassan Rohani, est également présent pour adopter lors de ce sommet une motion commune : la déclaration d’Istanbul.

    L’hôte de la rencontre, Recep Tayyip Erdoğan, souhaite qu’elle dénonce fermement la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël. « Nous allons montrer qu’appliquer cette mesure ne sera pas aussi facile que cela », a prévenu le président turc. Il s’efforce depuis une semaine de rallier derrière lui le monde musulman, avec, à l’évidence, certaines difficultés.

    Les officiels turcs se sont plaints ces derniers jours de la réaction jugée trop timorée de certains pays arabes, vis-à-vis de Washington. L’Arabie saoudite, pour ne citer qu’elle, ne sera représentée à Istanbul que par son ministre des Affaires islamiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.