GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Jérusalem: selon une étude, 90% des Palestiniens condamnent la décision de Trump

    media Manifestation de Palestiniens à Gaza contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, le 7 décembre 2017. REUTERS/Mohammed Salem

    La population palestinienne condamne en masse la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale de l'Etat d'Israël, mais se mobilise peu. Selon un récent sondage publié par un institut palestinien, le Centre palestinien de recherche et d'étude, une large majorité des habitants des territoires occupés considèrent que cette décision américaine est une menace directe pour les intérêts palestiniens.

    Avec notre correspondante à RamallahMarine Vlahovic

    C’est une condamnation unanime. Plus de 90% des Palestiniens considèrent que cette décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël est une menace directe pour leurs intérêts. 44% déclarent même que le retour à une intifada armée serait la réponse appropriée. Pourtant, sur le terrain, les Palestiniens, lassés, peinent à se mobiliser, la faute à leurs dirigeants selon Khalil Shikaki, directeur du Centre palestinien de recherches et d'étude.

    « La population ne fait pas confiance à ses dirigeants et ne les considère pas comme crédibles. Cela peut s’expliquer par l’attitude de l’Autorité palestinienne qui ne souhaite pas l’émergence d’un mouvement incontrôlable. Je pense qu'elle accepte que la population exprime son opposition mais veut que cette opposition reste limitée et sous contrôle », estime-t-il.

    Car l’Autorité palestinienne a fait le choix de la voie diplomatique. Une stratégie soutenue seulement par une petite minorité de personnes interrogées. Et le grand perdant semble être Mahmoud Abbas dont la côte de popularité plonge encore un peu plus. Ils sont désormais 70% à souhaiter la démission du président de l’Autorité palestinienne.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.