GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: Téhéran, paralysé par les bouchons et la pollution

    media Un homme porte un masque dans les rues de Téhéran pour se protéger de la pollution. AFP PHOTO / BEHROUZ MEHRI

    L’Iran est de nouveau frappé par une forte pollution de l’air obligeant les autorités à fermer les écoles dans plusieurs villes du pays notamment à Téhéran.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Les autorités iraniennes ont décidé de fermer tous les établissements scolaires pour la seconde journée consécutive à Téhéran et dans plusieurs villes de province en raison de nouveaux pics de pollution de l'air.

    Dimanche, seules les écoles primaires avaient été fermé mais la poursuite de la pollution a obligé les autorités à étendre cette mesure à l’ensemble des établissements scolaires pour la journée de lundi.

    De même, la circulation alternée a été étendue à l’ensemble de la ville et toutes les compétitions sportives ont été annulées. Les habitants se plaignent des embouteillages et du manque de transports publics comme l’affirme Hassan, un fonctionnaire d’une quarantaine d’années. « Les rues sont tellement encombrées, les autobus tellement chargés qu’il n’y a pas de place. Le gouvernement n’a pas développé les transports publics, s’ils avaient développé les transports publics on n’aurait pas eu tant de problèmes. »

    Tous les ans, à cette période de l'année, la pollution atteint des pics à Téhéran, en raison du phénomène de l'« inversion thermique », où l'air froid empêche l'air chaud et pollué de se dégager.

    Selon les médias, la pollution à Téhéran, capitale embouteillée de manière quasi-permanente, est provoquée à 80% par les gaz d'échappement d’environ quelque cinq millions de véhicules et de trois millions et demi de motocyclettes, encore plus polluantes que les voitures.

    Toutefois, la pollution a baissé ces dernières années en raison d’une meilleure qualité de l’essence distribuée, ce qui n’a pas empêché la mort de près de 5000 personnes à Téhéran l’année dernière en raison de la pollution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.