GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Kurdistan irakien: le mouvement de colère contre les partis continue

    media Des protestataires dans les rues de Souleimaniyeh, le 18 décembre 2017, dans le Kurdistan irakien. REUTERS/Stringer

    Les tensions étaient encore vives ce mercredi 20 décembre dans le Kurdistan irakien. Des manifestants ne cessent de protester contre les partis politiques kurdes, accusés de ne pas défendre leurs intérêts. Hier, des affrontements entre manifestants et policiers ont coûté la vie à cinq protestataires atteints par balles, et fait plus de 70 blessés. Les protestations continuent.

    Des déploiements massifs des forces de l'ordre n'y font rien. Dans la province de Souleimaniye, des protestataires ont encore mis le feu aux sièges du parti Goran et de deux autres formations plus modestes : le Parti social-démocrate et le Parti communiste du Kurdistan. Les manifestants reprochent aux partis politiques leur corruption.

    Face à cette crise sans précédent, le parti Goran, qui compte 10 ministres, et celui du Groupe islamique, qui compte, lui, deux ministres, ont annoncé leur retrait du gouvernement régional qui compte 21 membres. Depuis le début des émeutes, lundi dernier, pas moins de 15 sièges de partis politiques ont été incendiés et une mairie a connu le même sort.

    Le Kurdistan frappé par une crise économique

    Cette colère contre les partis politiques est née après la tentative ratée des responsables kurdes d'organiser un référendum d'autodétermination. Un référendum annulé par le pouvoir central de Bagdad. L'armée irakienne, depuis, a repris plusieurs zones occupées de fait par les Kurdes. Les revenus ont dramatiquement baissé et une véritable crise économique frappe depuis le Kurdistan.

    Les autorités centrales font en fait ce pari : il vaut mieux négocier le statut futur de la région avec un Kurdistan exsangue qu'avec un Kurdistan fort.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.