GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: découverte du corps d’un juge chiite, Riyad accuse Téhéran

    media Le corps du cheikh Mohammed al-Jirani a été découvert à Awamiya, dans l'est de l'Arabie Saoudite. Fayez Nureldine / AFP

    Le cadavre de cheikh Mohammed al-Jirani, un dignitaire chiite proche des autorités saoudiennes qui avait été enlevé fin 2016, a été découvert lors d'une opération sécuritaire qui a coûté la vie à un policier, a annoncé lundi 25 décembre le ministère de l'Intérieur saoudien. Pour Riyad aucun mystère, c'est encore l'Iran qui est responsable.

    Le ministère de l'Intérieur saoudien est formel : les auteurs du kidnapping et du meurtre du cheikh Mohammed al-Jirani sont « un groupe terroriste organisé en relation avec l'Iran et qui bénéficie du soutien de Téhéran ».

    Selon un communiqué, la dépouille a été retrouvée à Awamiya, dans l'est du pays, une région qui a été ces dernières années un foyer de la contestation menée par des membres de la minorité chiite. La découverte de son corps a eu lieu mardi 18 et des tests ADN ont confirmé son identité.

    Cheikh Mohammed al-Jirani était un juge du département des Biens religieux chiite, alors que la communauté chiite présente en Arabie saoudite s'estime lésée et injustement traitée. Proche, au contraire, des autorités sunnites, il condamnait régulièrement les attaques contre les forces de sécurité et critiquait des religieux chiites saoudiens pour leurs liens présumés avec l'Iran et l'Irak.

    Le cheikh contesté a été enlevé fin 2016. Il avait auparavant été la cible de plusieurs tentatives d’attentat. En 2011, sa maison et sa voiture avaient été incendiées et des membres de sa famille avaient miraculeusement échappé aux flammes. L’année suivante, sa maison avait de nouveau été attaquée par des hommes armés, qui n'avaient toutefois pas réussi à l'atteindre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.