GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’Arabie saoudite prive de visa des joueurs d’échecs israéliens

    media Les joueurs d'échecs israéliens ne peuvent participer à la première édition du tournoi du roi Salman à Riyad, en Arabie saoudite, faute de visa. STRINGER / AFP

    Sept joueurs d’échecs israéliens sont dans l’impossibilité de participer à un tournoi international qui a débuté mardi 26 décembre en Arabie saoudite, faute d’avoir pu obtenir un visa. La Fédération israélienne d'échecs demande des compensations financières à la Fédération internationale pour ce « préjudice ».

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    En théorie, le pays hôte d'une compétition internationale d'échecs n'est pas censé déterminer quels sont les pays représentés. Mais dans le cas du « tournoi du roi Salman », la géopolitique régionale s’est invitée dans les attributions de visa. Riyad avait dans un premier temps interdit l'accès à son territoire aux joueurs iraniens, qatariens et israéliens.

    Après intervention de la Fédération internationale d'échecs, l'Iran et le Qatar - deux rivaux régionaux de l'Arabie saoudite - ont pu envoyer des représentants. Mais les organisateurs saoudiens sont restés inflexibles quant à la venue des joueurs israéliens.

    Faire face à un refus de visa pour participer à une compétition internationale au Moyen-Orient n'est pas une nouveauté pour Israël qui, dans la région, n'entretient des relations diplomatiques qu'avec l'Egypte, la Jordanie et la Turquie.

    Pourtant, afin de contrer l'influence de l'Iran, l'Arabie saoudite et Israël se rapprochent de plus en plus ouvertement. Le chef d'Etat-major de l'armée israélienne a évoqué la possibilité d'un échange de renseignement avec Riyad. L'administration Trump, elle, a laissé entendre qu'elle avait eu l'accord de certains responsables saoudiens pour reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

    Mais, pour Riyad, il n'est pas encore question d'accueillir officiellement des Israéliens sur son territoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.