GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
Aujourd'hui
Samedi 28 Avril
Dimanche 29 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le président sud-coréen espère conclure un «accord audacieux» au sommet intercoréen
    Moyen-Orient

    Protestation à Jérusalem: la lassitude d'une grande partie des Palestiniens

    media Les Palestiniens ont encore manifesté ce vendredi 29 décembre à Jérusalem. REUTERS/Ammar Awad

    Encore une série de protestations, ce 29 décembre 2017, à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens. Pour la quatrième semaine consécutive, plusieurs rassemblements ont eu lieu pour dénoncer la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. Et des affrontements ont éclaté en plusieurs lieux. Mais il ne s'agit pas de la troisième Intifada que le mouvement islamiste Hamas appelait de ses vœux: la majorité des Palestiniens ne prend pas part à ce mouvement.

    Reportage à Bethléem, en Cisjordanie, de Guilhem Delteil.

    Hamdi vend des souvenirs aux touristes de passage au cœur de la vieille ville de Bethléem. En ce vendredi, le calme règne aux abords de la Basilique de la Nativité, lieu de naissance de Jésus selon la tradition chrétienne. Mais à quelques kilomètres de là, au pied du mur qui sépare la ville de Jérusalem, une poignée de jeunes affrontent les soldats israéliens. Et quand un touriste lui demande une direction, Hamdi répond: « Il vaut mieux que vous n'alliez pas par-là ».

    Le jeune homme, lui, ne participe pas à ce mouvement. Il n'en voit pas l'utilité. « Si j'allais participer aux protestations, je ne changerais pas le monde. Si j'y allais, peut-être que je me ferais tirer dessus, peut-être que je serais arrêté. Mais je ne changerais rien. »

    A ses côtés, son oncle Abou Ashraf abonde. Ce septuagénaire affirme que Jérusalem est la capitale de la Palestine, mais le combat ne se mène pas aux postes de contrôle de l'armée israélienne, dit-il. « Ce n'est pas aux Palestiniens mais à la communauté internationale, aux pays arabes, aux pays musulmans de défendre Jérusalem. Tout le monde devrait se battre

    Et si à trois kilomètres de là, la confrontation est réelle, dans les ruelles de la vieille ville, les fanfares de scouts chrétiens défilent : l'ambiance de Noël domine malgré tout.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.