GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: une militante des droits de l'homme condamnée à deux ans de prison

    media Une manifestation en Egypte pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak, en 2011. REUTERS/Suhaib Salem

    Le tribunal correctionnel d'Alexandrie a condamné la militante égyptienne des droits de l'homme Mahienour al-Masry à deux années de prison pour « participation a une manifestation non autorisée » contre la cession de deux iles de la mer Rouge à l'Arabie saoudite. Trois autres militants de gauche ont été condamnés à des peines allant de deux à trois ans de prison.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Mahienour al-Masry est une des icônes du mouvement de contestation en Egypte. Elle faisait partie de ces groupes de jeunes qui ont dévoilé et dénoncé la mort sous la torture policière du militant Khaled Saïd en 2010.

    Ces protestations ont pris une ampleur nationale grâce à Internet pour finalement déboucher sur le soulèvement populaire contre l'ex-président Hosni Moubarak en 2011.

    « Eléments perturbateurs »

    Mahienour al-Masry a aussi été très active dans les manifestations contre l'ex-président Frère musulman Mohammed Morsi, en 2013. Cela ne lui a pas épargné une condamnation a deux ans de prison pour participation à une « manifestation illégale » en 2014. La même année, elle a obtenu le prix Ludovic-Trérieux pour les droits de l'homme.

    Depuis le président Gamel Abdel Nasser dans les années 1960, les autorités égyptiennes répriment les militants de gauche considérés considérés comme « éléments perturbateurs ». La tendance s'est par ailleurs renforcée ces dernières années.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.