GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: les démocrates acceptent un compromis pour mettre fin au «shutdown» (sénateur)
    • Emissions de gaz à effet de serre: la France n'a pas tenu ses objectifs en 2016 (chiffres officiels)
    • Prisons françaises: les syndicats de surveillants appellent à poursuivre le blocage mardi
    • Prisons françaises: les négociations entre syndicats et ministère de la Justice se poursuivront mardi (Nicole Belloubet)
    • Syrie: 54 combattants kurdes et rebelles pro-turcs tués dans la bataille d'Afrin (OSDH)
    • RCA: le leader anti-balaka, le général Andilo, condamné aux travaux forcés à perpétuité
    • France/Usine Toyota d'Onnaing: Macron évoque un investissement de 300 millions d'euros
    • Afrique du Sud: l'ANC confirme «discuter» du départ anticipé du président Jacob Zuma sans lui fixer cependant de «date butoir»
    • Les Etats-Unis ne «permettront jamais» à l'Iran d'avoir l'arme nucléaire, déclare Mike Pence à Jérusalem
    • Les Etats-Unis exhortent les Palestiniens à reprendre les négociations (Mike Pence)
    • Radio France: le CSA va auditionner Mathieu Gallet le 29 janvier, décision le 31 (communiqué)
    Moyen-Orient

    Iran: le pouvoir mobilise ses partisans en réponse aux marches anti-Rohani

    media Manifestation pro-gouvernement dans la ville sainte de Qom, en Iran, le 3 janvier 2018. Mohammad ALI MARIZAD / AFP

    Des dizaines de milliers de manifestants pro-régime se sont rassemblés ce mercredi 3 janvier dans plusieurs villes d'Iran pour condamner les « troubles » qui ont agité le pays ces derniers jours, alors que Téhéran et la plupart des villes de province ont passé une nuit plutôt calme mardi soir.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Après plusieurs jours de troubles, le pouvoir a mobilisé ses partisans dans une dizaine de villes de province.

    Dans certaines villes comme Ahvaz, Abadan ou encore Kermanshah, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour condamner les violences de ces derniers jours et les fauteurs de troubles, selon les images diffusées en direct par la télévision d'Etat.

    Les manifestants scandaient « mort à l'Amérique », « mort à Israël » et « mort aux Monafegh », terme désignant les Moudjahidines du peuple dans la bouche des autorités.

    De nombreux manifestants portaient des drapeaux iraniens, condamnant certains protestataires qui ont brûlé des drapeaux tricolores du pays lors des troubles.

    Retour au calme

    Ces manifestations interviennent alors que Téhéran et de nombreuses villes de province ont passé une nuit calme mardi soir.

    Le pouvoir, soutenu par les réformateurs, a resserré les rangs, dénonçant les groupes contre-révolutionnaires, mais aussi les Etats-Unis et l'Arabie saoudite d'avoir encouragé les violences.

    Ces derniers jours, plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées à Téhéran et dans les villes de province, notamment des meneurs.

    Enfin, le président iranien a demandé à la France de limiter les activités des Moudjahidines du peuple, dont les chefs se trouvent près de Paris, et sont accusés par l'Iran d'avoir encouragé les violences et les troubles.

    Des partisans du régime iranien brandissent des affiches à l'effigie du président Hassan Rohani et du Guide suprême Ali Khamenei, le 3 janvier à Qom, au sud de Téhéran. Mohammad ALI MARIZAD / AFP

    Macron « préoccupé », Le Drian annule sa visite

    Emmanuel Macron a appelé Hassan Rohani mardi pour lui faire part de sa « préoccupation » face aux violences. Le président français a défendu le droit à la liberté d'expression et de manifestations, appelant son homologue à la retenue.

    Dans le contexte actuel, la visite de Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, qui devait se rendre à Téhéran vendredi 5 janvier, est reportée, précise l'Elysée dans un communiqué.

    En revanche, ce que ne mentionne pas l'Elysée, mais que précise la télévision iranienne, c'est que Hassan Rohani aurait reproché à la France d'héberger sur son sol les Moujahidines du peuple qualifiés de « groupe terroriste » par Téhéran qui l'accuse d'être impliqué dans les manifestations actuelles.

    Ce mouvement d'opposition qui a mené des actions violentes par le passé et qui est effectivement hébergé en France a réagi aux propos de Hassan Rohani, affirmant qu'ils reflétaient « l'affolement du régime des mollahs face à l'étendue du soulèvement » en Iran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.